ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

Paris-Roubaix : les photos de la reconnaissance

Gonzague Delmer était présent, hier et aujourd'hui, le long des différents secteurs pavés de Paris-Roubaix. L'occasion pour vous de découvrir quelques uns de ses clichés, pris pendant la reconnaissance du parcours par les coureurs.

 

[Chronique] Pourquoi j'aime Tom Boonen

 

 

Pour tout amoureux de cyclisme, début avril rime avec Tour des Flandres et Paris-Roubaix. Depuis quelques années, deux coureurs ont marqué de leur empreinte ces courses : Fabian Cancellara et Tom Boonen. Après le Suisse il y a quelques mois, le peloton perdra après Paris-Roubaix la dernière légende des pavés encore en activité. Nous, spectateurs et téléspectateurs allons sans doute perdre bien plus que cela.

 

Il y aurait tellement à dire sur Boonen, son premier Paris-Roubaix en 2002 lors d'une édition dantesque, son titre mondial en 2005, ses victoires dans les grandes classiques, ses frasques à la fin des années 2000, puis sa renaissance....C'est au cœur de cette renaissance que se trouve le souvenir que je souhaite partager avec vous. Un souvenir d'Avril 2012.

 

Tout d'abord un peu de contexte ! 2012, c'est une année de classiques assez particulière puisque dominée, voire écrasée par un seul homme : Tom Boonen. Tornado Tom comme certains l'appellent n'a jamais aussi bien porté son surnom.
Il a survolé le début de saison puis la campagne de classiques ! Après avoir pris un peu d'élan en enlevant le Tour du Qatar, il décroche la seconde place au Het Volk, battu au sprint par le jeune... Sep Vanmarcke puis commence sa razzia.
Gent Wevelgem, E3 et surtout son troisième Tour des Flandres au terme d'une course parfaitement maîtrisée où il se jouera avec brio du duo Pozzato/Ballan.

 

Nous voici donc le 8 avril 2012. Suite à une fête de famille, j'ai négocié âprement un passe-droit pour sécher la promenade dominicale car cette après-midi, c'est Paris-Roubaix !

 

Sur la ligne de départ, les choses sont claires, il y a un seul et unique favori : Tom Boonen. Les autres équipes et coureurs ne s'avouent cependant pas vaincus. Lors du Tour des Flandres, Boonen l'a emporté mais n'a pas écrasé la course, décrochant la victoire dans un sprint à 3. Surtout le scénario du Paris-Roubaix 2011 avec la victoire de Van Summeren a donné des idées à certains et la course s'annonce indécise et spectaculaire.

 

Autant le dire, j'espère une course pleine de suspense et je salive à l'idée des tactiques qui seront déployées par les différents outsiders.
À peine la trouée d'Arenberg passée, les hostilités sont lancées. Plutôt que de subir la course, Boonen prend les devants. Dès le secteur d'Orchies, il effectue seul un premier tri puis, après un bref moment de répit, repart, seulement accompagné par son équipier Terpstra !
Pas pour longtemps ! Terpstra est incapable de suivre le rythme de son leader et explose dans sa roue quelques kilomètres plus loin ! À plus de 50 km de l'arrivée Boonen se retrouve seul avec un groupe de chasse encore conséquent derrière lui...

 

Devant ma télé je suis éberlué. Habitué aux tactiques frileuses, je ne conçois même pas cette offensive lointaine qui va forcément coûter la victoire au Belge, archi favori...

 

Et pourtant. Irrésistiblement, Boonen s'envole. Ses adversaires s'usent les uns après les autres à sa poursuite tandis que lui semble inflexible. Parfaitement posé sur sa machine, il creuse lentement l'écart, comme si la fatigue n'avait pas de prise sur lui. Après les dizaines de secondes d'écart on passe au-dessus de la minute et l'écart continue de grandir... À l'arrière, il n'y a plus d'équipiers et les leaders doivent s'employer... tout en gardant des forces pour avoir une place pour le podium ! Encore loin de l'arrivée c'est fait, la victoire est jouée.

 

Comment expliquer la magie de ce moment, comment expliquer qu'alors que tout rebondissement, toute surprise a disparu, je reste figé, passionné par cette course dont le vainqueur est désormais connu ?

 

C'est la magie du cyclisme et des champions. Boonen manœuvre à la perfection sur chaque secteur. La façon dont il aborde le haut du pavé est un régal pour les yeux. À cet instant là, je n'ai pas les mots mais c'est évident, j'assiste à l'exploit d'un champion au paroxysme de ses capacités. Si facile en apparence, tel un chevalier des temps moderne, il fend la foule venue l'ovationner et, kilomètre après kilomètre, file vers la légende.

 

À quelques encablures de l'arrivée, Boonen fixe la caméra. Avec le sourire qui le caractérise, il adresse un signe de la main. Quatre. Quatre comme son nombre de victoires sur Paris-Roubaix où il rejoint ce jour-là, Roger De Vlaeminck dit Monsieur Roubaix. Quatre comme son quadruplé unique dans l'histoire Gand-Wevelgem/E3/Tour des Flandres/Paris-Roubaix.

 

Ce n'est plus une course cycliste, ce n'est plus Paris-Roubaix, c'est une page de l'histoire du sport qui s'écrit. Arrive le vélodrome. Boonen rentre seul et entame un dernier tour d'honneur sous les vivas du public. Frissons.

 

La roue du temps tourne... ce dimanche 9 Avril 2017, après avoir une nouvelle fois fait trembler les pavés, à l'issue d'un dernier tour de piste, Tom Boonen tirera sa révérence.


Il restera, pour l'histoire et pour toujours, une légende du cyclisme. Il restera, pour moi, l'homme au sourire sans retenue qui une après-midi d'avril aura su faire vibrer mon âme d'enfant.

Tour du Pays Basque : place à l'étape reine

Après un début de semaine plutôt calme, les choses devraient enfin s'animer ce vendredi à l'occasion de la 5ème étape du Tour du Pays Basque, Considérée comme l'étape reine, cette dernière s'élancera de Bilbao pour rejoindre les hauteurs d'Arrate, lors de l'ascension finale, longue de 3.9 kilomètres, et présentant une pente moyenne de 10.77%.

 

Les favoris :

 

*** : A.Contador, A.Valverde

** : S.Yates, S.Henao, R.Bardet

* : J.Alaphilippe, M.Kwiatkowski, P.Roglic, R.Uran

 

Suivre et commenter la course : forum VCN

 

L'ascension finale :

Lire la suite : Tour du Pays Basque : place à l'étape reine

paris-Roubaix : la reconnaissace du parcours par l'équipe FDJ

Paris-Roubaix : la FDJ autour d'Arnaud Démare

 

La FDJ sera organisée autour d'Arnaud Démare ce dimanche au départ de Paris-Roubaix. 20 ans après le dernier succès sur l'Enfer du Nord, l'équipe au trèfle, qui sera par ailleurs dirigée par Fred Guesdon, n'aura pas d'autre objectif que de remporter la course, comme l'a indiqué ce dernier à quelques jours du départ.

 

Fred Guesdon : "J'aimerais assez que vingt ans après, en tant que DS, un de mes coureurs puisse me succéder. Les conditions climatiques peuvent forcément changer la donne, d'autant que la génération actuelle n'a jamais couru sous la pluie à Roubaix, mais quoiqu'il arrive il faudra être vigilant dès le kilomètre zéro et ne pas jouer de malchance - il faudra surtout avoir la bonne patte. Les gars sont en tous cas tous très motivés et dimanche, si on prend le départ, c'est pour gagner !"