ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

Tour de Catalogne : les favoris de la rédaction

Christopher Froome (Charles Marsault)

Comme ce fut déjà le cas en 2016, Chris Froome a décidé d'alléger son programme de début de saison, et après avoir effectué sa reprise en Australie, fin janvier, le vainqueur du Tour de France reprend donc la compétition en Europe, après une longue période d'entraînement en Afrique du Sud durant le mois de février.

Malgré le probable manque de rythme, et en l'absence de Nairo Quintana, je fais néanmoins du pensionnaire du Team Sky le grand favori de cette édition 2017 du Tour de Catalogne, et ceci pour deux raisons.

D'une part, le parcours, comportant deux arrivées en altitude, mais aussi un long chrono par équipes devrait être à l'avantage du britannique, et de l'autre, après les récentes démonstrations de Nairo Quintana, nul doute qu'il tiendra lui aussi à marquer les esprits en vue du Tour de France, qui représentera encore une fois son grand objectif de la saison.

 

 

 

Dan Martin (Bertrand Guyot)

Rarement cité parmi les favoris d’une course, quelle qu’elle soit par ailleurs, Daniel Martin est pourtant l’un des outsiders les plus dangereux des courses d’un jour ou d’une semaine. Vainqueur entre autre d’un Tour de Lombardie ou d’un Tour de Pologne, l’Irlandais entretient une histoire d’amour avec le Tour de Catalogne : 2e en 2009 et 2011, 3e en 2016 et vainqueur de l’édition 2013. C’est aujourd’hui le coureur qui a le plus de podium dans les cannes, sur cette épreuve, qui se présente à nouveau sur la ligne de départ.


Peut-il rééditer sa performance de 2013 ? Il ne figure pas les premiers noms cités comme vainqueur potentiel, Alberto Contador faisant figure d’épouvantail à ce jour, mais la régularité de ses résultats en ce début de saison semble indiquer une montée en puissance. Vainqueur d’étape sur le tour d’Algarve, qu’il a achevé à la 6e place, puis 3e d’un Paris Nice, où l’on ne sait pas à quel point le fait d’avoir dû aider son coéquipier Alaphilippe a pu le brider, Daniel Martin a fait montre d’une régularité exemplaire, ne terminant qu’à 30 secondes au général du vainqueur, Sergio Henao. Ne pas retrouver l’Irlandais aux premières loges de la course catalane serait dès lors bien surprenant

 

Alejandro Valverde (Albator Conterdo)

Alejandro Valverde est de retour, après un repos forcé suite à un coup de froid qui l'avait obligé à faire l'impasse sur le Paris-Nice.
Rester un mois sans compétition en cette période de l'année est assez exceptionnel pour le Murcian. Mais celui-ci n'a jamais eu besoin de beaucoup de jours de courses pour être compétitif, et sur les épreuves disputées en Espagne, il est un peu dans son jardin. Ainsi, lors de son dernier passage en Catalogne en 2015, il avait remporté 3 étapes et sans une stupide chute, le classement général ne lui aurait pas échappé.


En outre, l'édition de cette année propose une particularité, avec son long contre-la-montre par équipe de 42 km lors de la 2ème étape. Certains leaders mal entourés risquent donc de perdre leurs illusions pour le classement général assez vite.
Pas le Murcian : Avec Castroviejo, Amador ou Oliveira, la Movistar dispose des atouts nécessaire pour parfaitement placer son leader avant les étapes plus accidentées, où il pourra alors compter sur Fernandez et Soler.


Valverde se rate rarement sur ce type de course et ne viendra pas pour simplement faire tourner les jambes: la qualité de l'effectif qui l'entoure en témoigne.

 

Louis Vervaeke (Romanom)

Avec Laurens de plus et en attendant Bjorg Lambrecht, Louis Vervaeke représente la nouvelle génération des grimpeurs Belges de haut niveau. Et si 2015 aura été une année d’acclimatation, 2016 aura confirmé que le jeune Belge avait le talent et les jambes pour faire de belles choses avec un enchainement de haut niveau Catalogne (20ème)- Pays Basques (11ème) avant d’être freiné par une blessure lors du Tour de Romandie.


Après une remise en route compliquée lors de la deuxième partie de saison 2016, Louis a montré des signes de forme précoce lors de ses courses de reprise en Espagne. (2ème Trofeo Serra de Tramuntana, puis 4ème Trofeo Trofeo Andratx-Mirador des Colomer)


Dans un pays qui semble bien lui réussir, avec l’avantage de connaitre une partie du terrain et face à des leaders dont bien peu auront fait de la Catalogne un objectif en soit, j’attends de notre jeune Belge une prestation qui confirmera tout son potentiel et lui donnera la confiance nécessaire avant d’enchainer sur la course qui lui convient le mieux : le tour du pays basque où je le vois bien aller récupérer au moins un top 10.

  • Aucun commentaire sur cet article.