ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

[Stages cyclistes] : Bilan des stages DSO après la 1ère période

 

Stages DSO 1ère partie de saison – Le vécu

 

Les stages cyclistes DSO ont vécu une 1ère période en Costa Brava, s’étendant à cheval sur les mois de février et mars. Après une coupure de 3 semaines, c’est actuellement la reprise et ce, jusqu’à la fin du mois de mai.

Bien sûr, la grande majorité des cyclistes n’effectue qu’une seule semaine mais certains n’hésitent pas à cumuler.

 

 

 

Quoi qu’il en soit, un séjour « classique » d’une semaine représente 400 à 550 km répartis sur 5 jours mais de nombreux stagiaires prolongent ou devancent d’un ou plusieurs jours pour cumuler jusqu’à 800 km. Ce socle d’endurance permet de réaliser un bloc de foncier et également de l’intensité car tous les entraineurs sont unanimes pour expliquer qu’accumuler les heures de petit plateau dans les roues n’aboutit pas à une progression tangible.

 

Sur les stages DSO, il ne s’agit pas seulement d’accumuler les kilomètres mais bien d’améliorer les aspects physiques tout comme les aspects techniques – trop souvent oubliés – de la pratique cycliste.

 

 

 

 

 

Aspects physiques :

 

Sur le vélo et sur des périodes données, le travail aux différentes allures (tempo, seuil, PMA) est abordé. L’aspect de la cadence est aussi exploité, sous forme d’ascensions en force ou en vélocité.

Des sprints « pancarte » émaillent aussi les sorties : ici le « jeu » favorise le volet explosivité de la condition physique. Par le jeu des vases communicants, en étant plus explosif le cycliste devient plus économique (et donc plus endurant) à son rythme de croisière.

Une sortie longue au-delà de 5h intervient en cours de semaine, en vue de repousser les limites de l’endurance des cyclistes tout en les préparant aux cyclosportives (ou courses) de la suite de la saison.

Bien sûr les cyclistes n’ayant pas d’objectifs de performance ne sont pas oubliés : il est toujours possible pour eux de couper les parcours des cyclistes les plus rapides, tout en observant des pauses plus régulières. Et toujours en étant encadré par un membre du staff et assisté par une voiture, comme il se doit.

Le terrain sur lequel les cyclistes évoluent est constitué majoritairement de petits cols de 4 à 6 km avec des pentes raisonnables. Ce qui conduit à finir les sorties avec 1000 à 2000 m de dénivelé sur 70 à 150 km, selon les jours et… selon les groupes. Des chiffres suffisants pour permettre un bon travail en vue des échéances plus escarpées à venir mais pas trop ardues pour que la récupération d’un jour à l’autre soit complète.

 

Aspects techniques :

 

Rouler sous forme de relais en files montantes/descendantes ou tout simplement 2 par 2 à l’image des professionnels à l’entrainement, n’est pas une chose aussi aisée qu’elle en a l’air. C’est aspect est donc largement travaillé durant la semaine et les automatismes arrivent rapidement.

Une autre forme de relais est utilisée avec quelques jeux autour d’exercices sous forme de Contre-La-Montre par petits groupes ou à 2 : à intensité élevée il est nécessaire d’ajuster au millimètre ses relais : c’est ludique et efficace.

Sont également explorés les différents thèmes que sont l’utilisation des bons braquets sur les ascensions, rouler plus souvent en danseuse et bien sûr la question de la gestion des descentes. Celles-ci, autour de Sant Feliu sont idéales car la pente n’est pas trop importante et les virages bien dessinés.

 

 

 

La vie après les sorties

 

Sitôt la sortie effectuée, la récupération est bienvenue. Tout d’abord en passant à table (pension complète) au buffet de l’hôtel : varié et copieux, il y en a pour tous les goûts et tous les appétits.

Le lundi, c’est « soirée Terroir » : chaque stagiaire arrive avec un bout de sa région et raconte parfois l’historique du produit, qu’il soit solide ou liquide. Grand moment de partage et de convivialité.

Et tous les jours, les jambes fatiguées se reposent entre les mains expertes des masseurs ou kinés de l’équipe. Rapidement, arrive alors la conférence du soir : animée par les encadrants (ou le masseur/kiné) eux mêmes, elle aborde des thèmes aussi variés que l’entrainement, la diététique, la récupération, la Préparation Physique Générale. Et sur la plupart des semaines, l’un des encadrants est un ancien pro qui témoigne de son « ancienne vie » au cours d’une présentation toujours appréciée de chacun.

Et bien sûr, tout ce joli monde partage des tablées où la bonne humeur est de mise avant de rejoindre éventuellement le bar de l’hôtel et sa vue imprenable sur sa crique.

 

Au-delà de cette période en Costa Brava, DSO n’oublie pas la suite de la saison : séjour dans les Cévennes début juin où seront préparées les belles cyclosportives de l’été, fin juin avec un beau (nouveau !) séjour au Portugal avant une pause bien méritée durant l’été.

Avec les mois de septembre et octobre, seront visitées la Corse, la Sardaigne, l’Andalousie et à nouveau la Costa Brava pour finir la saison en beauté.

 

Plus d’infos sur www.dso-sports.com

 

 

  • Aucun commentaire sur cet article.