ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

Interview de Nicolas Roux : "C'est en enchainant les séances courtes mais intenses que j'ai remporté 2 fois l'Etape du Tour"

 

 

 

 

Nicolas Roux est un cyclosportif et coureur Elite âgé de 40 ans, vivant en Haute Savoie. Il attaque sa 20ème saison Elite mais son amour pour la montagne le dirige le plus souvent possible vers les belles cyclosportives du calendrier. A l’occasion de Paris-Nice Challenge, velo-club.net a fait le point sur sa carrière et ses ambitions.

 

www.velo-club.net : Depuis combien d’années es-tu ambassadeur pour Mavic, Canyon, Les Saisies et Rotor ?

 

Nicolas Roux : En fait, cela fait maintenant 10 ans que je suis en partenariat avec Mavic, mais depuis 2013 seulement je suis devenu un réel ambassadeur pour la marque. En ce qui concerne Canyon cela va être ma 3ème année que je suis ambassadeur pour la France. Pour Les Saisies cela va faire 4 ans que je suis ambassadeur de cette très belle station. Enfin pour Rotor, cela fait 5 ans que j’ai la chance d’utiliser leurs produits.

 

 

VCN : Quel est ton parcours cycliste et comment t’es-tu orienté vers le cyclosport ?

 

N.R. : Tout a commencé dans mon village, avec mes potes, nous faisions des tours de vélo dans le port coin avec quelques sprints et eux étaient déjà licenciés. Un jour, je suis allé avec eux sur une course pour les voir et cela m’a donné envie. L’année suivante je participais à ma première course de vélo que je remportais ! C’était parti. J’étais minime 2.

Il faut dire aussi que j’ai toujours bien été aidé venant d’une famille de cycliste, mon grand père courait avec Robic et mon père courait en 1ère Caté avec les Gallopin d’ou peut être ma passion du cyclisme et de son histoire.

Ensuite les saisons se sont suivies, toujours avec de la réussite. Je suis passé en Equipe de France Junior avant de rejoindre en espoir la très belle équipe du VCLVV (Lyon-Vaulx en Velin). J’ai eu la chance de côtoyer de très bons coureurs (Lazlo Bodrogi, Stéphane Auger, Sam Dumoulin, Julien Jurdie ect…). Puis je suis parti dans la réserve de Festina où j’ai été stagiaire. J’ai fait mon armée en équipe de France Militaire.

Après plusieurs années de haut niveau, je suis retourné dans un club local à Evian Vélo ou j’ai continué à courir en travaillant à coté. Après avoir couru systématiquement les mêmes courses j’ai décidé de me lancer dans le cyclosport pour découvrir de nouvelles épreuves ainsi qu’une ambiance plus conviviale et familiale. Depuis je cours le début de saison en FFC et quand viennent les beaux jours je me lance sur les superbes parcours montagneux des cyclosportives.

Au niveau de la répartition des courses, je pense que c’est du 50/50. Le début de saison est donc à dominante FFC alors que la suite est surtout faite de cyclosportives. Sur la fin de saison je termine souvent des courses Elite comme le GP du Faucigny.

 

 

VCN : Comme beaucoup de cyclistes, tu dois trouver le temps de t’entrainer entre vie de famille, vie professionnelle. Quelle est la nature de tes entrainements ?

 

N.R. : Tout est question d’organisation, j’ai réussi à trouver un rythme. C’est un « trident » qu’avec ma femme nous maitrisons bien. Entre la vie de famille, les activités des enfants,  le travail et enfin le sport, il est vrai que mes entrainements sont plus qualitatifs que quantitatifs. Mais c’est un rythme qui me convient très bien. Mes sorties font très rarement plus de 2h30 mais j’essaye de rouler tous les jours et ensuite avec les courses de début de saison, j’augmente mon capital endurance.

 

 

VCN : Parmi tes grandes victoires en cyclosport, figure l’Etape du Tour 2013 remportée devant Julien Absalon et Peter Pouly. Peux-tu revenir sur cette journée de rêve ?

 

N.R. : Le 07 juillet 2013 était peut-être la journée de rêve pour moi sur un vélo. Tous les éléments étaient réunis pour faire de cette épreuve, un moment inoubliable. Annecy – Le Semnoz, une Etape du Tour chez moi devant ma famille, mes amis et aussi avec une concurrence à la hauteur de l’évènement. Ce jour là il faisait très beau, l’étape part sur un bon rythme, j’ai de bonnes jambes, les difficultés s’enchainent, col de Leschaux, des Prés, le Revard, il ne reste plus que le Semnoz, une sorte de Mont Ventoux Annecien. Julien Absalon attaque dès les premiers mètres de la montée du Semnoz dans Quintal, 1km plus haut nous ne sommes plus que deux dans sa roue, Peter Pouly et moi. Ensuite nous allons nous attaquer chacun notre tour jusqu'à ce que je lâche prise et reste pendant 6 kilomètres à 50 mètres d’eux. C’est sous la flamme rouge que je reviens sur eux et décide de tirer ma dernière cartouche. Absalon attaque et lorsqu’il se rassoit,  je le contre à 500 mètres de la ligne, juste devant ma famille, pour gagner certainement la plus belle Etape du Tour possible pour moi.

 

 

VCN : Comme évoqué plus haut, tu es très bien équipé au niveau matériel avec des partenaires de qualité (Mavic, Canyon, Rotor notamment). Pourquoi les avoir choisis plus particulièrement, quelle relation entretiens-tu vous avec eux, les aides-tu dans le développement de futures gammes ?

 

N.R. : Il est vrai que j’ai la chance d’avoir des partenaires de grande qualité, mais pour moi la véritable chance c’est de pouvoir travailler avec des gens sérieux et sympathiques et avec, qui au fil du temps j’ai tissé des liens plus forts qu’un simple partenariat. Au niveau de mon engagement avec les marques, je suis là pour leur faire des retours sur les produits, avec Mavic je suis vraiment impliqué dans le développement des produits. J’ai été très investit dans le développement des nouveaux « Pads » (peaux de chamois) pour les cuissards 2016 et cela été vraiment très enrichissant. Pour Canyon, je suis là pour l’image de la marque et le retour sur les vélos même si avec deux équipes Pro Tour ils ont largement assez de feedback. Avec les Saisies je développe l’activité route pour la saison estivale et faire découvrir le potentiel énorme de cette station pour le vélo et VTT ainsi que l’encadrement de stages autour du Mont-Blanc pour la préparation des cyclos à venir ou de la course en elle même. Avec Rotor, je suis en relation direct avec l’importateur France avec qui je m’entretiens pour lui faire des retours sur mes sensations sur le nouveau matériel utilisé ou l’envoi de données de mon Rotor In-Power pour mettre en ligne comme lors de mon défi Bordeaux-Paris. Enfin j’ai des partenaires avec qui je suis en contact, comme Garmin, POC et Socquet Sports pour l’utilisation de leur matériel.

 

 

VCN : Tu as participé le weekend dernier à Paris-Nice Challenge, où tu as pu côtoyer des ambassadeurs Mavic comme Michael Cotty ainsi qu’un certain Fränk Schleck. De même, cette épreuve s’articule aussi autour de la course pro avec la possibilité de voir passer les coureurs. Comment se sont donc passées ces journées ?

 

N.R. : Lors de ce week-end sur Paris-Nice, la mission était d’accompagner des personnes VIP qui ont gagné des places pour suivre la course et participer à Paris-Nice Challenge avec un ambassadeur Mavic. Cela a été une très belle expérience, tout au long de ces trois jours avec notamment la rencontre de Fränk Schleck.

 

 

VCN : Paris-Nice Challenge se dispute sous la forme de randosportive et l’on constate de plus en plus souvent que les cyclosportives tendent à neutraliser le temps dans les descentes. Que penses-tu de cette tendance ?

 

N.R. : Je pense qu’il devient de plus en plus compliqué d’organiser des manifestations sportives sur routes ouvertes. Les organisateurs sont dans l’obligation d’assurer la sécurité des participants et cela passe par la neutralisation des descentes. Sur Paris-Nice Challenge, cela ressemble plus à une randonnée cyclotouriste car les temps sont officieux et il n’y pas de classement. Pour ma part, j’ai une vraie préférence pour les cyclosportives prenant un temps depuis le départ jusqu’à l’arrivée, mais cela devient difficile à organiser à l’heure actuelle.

 

 

VCN : Ta saison 2016 a été entachée de problèmes de dos. Où en es-tu à l’heure actuelle ?

 

NR : Ma saison 2016 avait bien commencé avec une très belle victoire sur la Quebrantahuesos en Espagne, mais sur l’Etape du Tour j’ai été stoppé par une douleur intense au dos. Après examens, on m’a décelé une hernie discale. Depuis je travaille pour protéger mon dos et la faire diminuer. Pour le moment tout va bien ! Affaire à suivre…

 

 

VCN : Tu prouves très bien que l’on peut être très performant sur les cyclosportives de longues distances en ne dépassant pas 2h30 à l’entrainement et les 15000 km par an. Quel est le contenu de tes séances et quels seraient les 2-3 conseils les plus importants que tu donnerais à un cyclosportif souhaitant être en forme sur une Marmotte ou une Etape du Tour ?

 

NR : Je  pense que dans l’entrainement le plus important n’est pas la quantité mais la qualité des séances. Lors de ces 10 dernières années, mon entrainement se résumait souvent à 1h le matin et 1h le soir lors de mes trajets pour aller au travail. J’intégrais des intensités et des séances rapides. Au fur et à mesure de l’année je rallongeais la sortie du soir en même temps que les jours rallongent. C’est dans ces conditions que j’ai remporté par deux fois l’Etape du Tour. Il n’est pas nécessaire d’enchainer des sorties de 5 à 6h pour être performant sur des épreuves de haute montagne. Lors de mes entrainements je vais une fois par semaine sur un parcours type avec une bosse que je fais à fond pour voir l’évolution de ma forme ? Ayant des points de repères c’est assez facile.

 

 

VCN : Quels sont tes objectifs sportifs pour 2017 ?

 

NR : Pour la saison 2017 mes objectifs sont de me faire plaisir sur le vélo. Je serai ambassadeur de la Ronde Tahitienne au mois de mai puis je serai sur quelques cyclosportives vers chez moi avant de participer à l’Etape du Tour et certainement à une Haute Route.

 

 

Palmarès Elite :

Victoires sur une multitude de courses, dont :

- Vainqueur du Tour du pays de Gex 2002 et 2003.

- Vainqueur d’étapes sur le Tour du Jura

- Vainqueur d’étapes sur le Tour du pays de Gex

- Vainqueur d’étapes sur le Tour de la Côte d’Or

- 2ème du GP du Faucigny

- 4ème du Tour du Lac Majeur (Pro)

- 4ème de Annemasse-Bellegarde

- 5ème du Tour du Chablais

 

Palmarès cyclosport :

- 5 fois vainqueur de la Time Megève Mont Blanc
- 5 fois vainqueur de la Scott Mille Bosses
- 4 fois vainqueur de la Grand Bo

- 3 fois vainqueur de la Morzine Vallée d'Aulps
- 2 fois vainqueur de l'Ardéchoise

- 2 fois vainqueur de l'Etape du Tour : Pau-Bagnères de Luchon et Annecy-Le Semnoz
- 3 fois 2ème sur l’Etape du Tour

- 2 fois vainqueur des Cimes du lac d’Annecy
- 1 fois vainqueur de Paris-Roubaix Challenge

- 1 fois vainqueur de la Borne Salève Glières

- 1 fois vainqueur de la Faucigny Glières
- 5 fois vainqueur du Challenge du Dauphiné
- 2 fois vainqueur de la JPP

- Record du Tour du Mont-Blanc en Solitaire 334 km pour 8000 m de dénivelé

- En 2015, hommage à Jacques Anquetil en faisant Bordeaux-Paris en solitaire 50 ans après le fabuleux exploit Dauphiné/Bordeaux-Paris de "maître Jacques".

 

 

  • Aucun commentaire sur cet article.