ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

[Champions de demain] Interview : Michael Storer

 

Après Christopher Blevins et Jhonatan Narvaez, c'est au tour d'un autre grand espoir de se prêter au jeu des questions réponses avec notre rédaction. L'occasion de découvrir le coureur australien Michael Storer, qui a impressionné les observateurs le mois dernier.

 

Bonjour Michael, peux-tu tout d'abord nous dire quand tu as commencé à faire du vélo ?
J'ai fait mes premières compétitions dans la ville de Perth, lorsque j'avais 12 ans. Avant cela, je courrais juste pour le plaisir, ou bien pour me rendre à l'école.

 

Avant d'évoquer tes récentes performances, peux-tu nous dire quel type de coureur tu penses être ?
Je pense être un grimpeur, qui peut aussi obtenir de bonnes performances lors des contre-la-montre.

 

Tu as signé de très belle perfs' l'an passé, mais laquelle est la meilleure à ton avis ?
Je pense que ma meilleure performance, je l'ai réalisée lors du Grand Prix Poggiana en Italie. J'avais réussi à m'imposer en solitaire, et c'était une course où je voulais vraiment briller.

 

2017 a également bien débuté pour toi, t'attendais-tu à afficher ce niveau sur les épreuves du calendrier australien ?
J'avais des attentes, quand au fait d'être effectivement performant durant cette période. Je m'étais bien entraîné et préparé, et je savais que je serais au moins compétitif.

 

Le Tour Down Under aura été ta première course World-Tour, as-tu été impressionné par le rythme ou le niveau de la course ?
La façon de courir est différente en World-Tour je trouve, beaucoup plus en contrôle, et la vitesse peut-être soit très rapide ou plus lente. Néanmoins, il n'est pas facile de juger vraiment, car à cette période de l'année, beaucoup de pros sont là pour s'entraîner en vue des classiques, et le Tour Down Under n'est pas un gros objectif pour eux. Cependant, si quelque chose m'a impressionné, c'est la force de Richie Porte, il est vraiment à un autre niveau.

 

Quand on regarde le général de l'Herald Sun Tour, on voit Michael Storer 5ème et Chris Froome 6ème, qu'est-ce que ça fait d'être mieux classé que le vainqueur du Tour de France ?
Cela me donne de la confiance, je sais maintenant qu'au moins que je peux lutter contre les meilleurs coureurs du peloton à cette période de l'année, quand ils ne sont ps au top de leur condition.

 

Est-ce que tu as eu l'opportunité justement de discuter avec ces top coureurs que sont Froome ou Chaves ?
Je n'ai pu parler avec aucun d'entre eux. J'avais néanmoins discuté avec Froome l'an passé lors de l'Herald Sun Tour. Cette année, j'ai échangé avec d'autres coureurs comme Geraint Thomas ou Jack Bauer.


Il y a seulement un mois complet de compétition en Australie. Quelle est l'importance de cette période pour un jeune coureur comme toi, est-ce par exemple plus important de s'illustrer qu'ici que pendant le reste de l'année en Europe ?
Je pense que le degré d'importance entre le fait de briller en Europe ou en Australie est le même pour nous. C'est une superbe opportunité pour nous d'être sélectionnés en équipe nationale et de lutter contre les meilleurs coureurs du peloton en janvier, et il faut donc être en bonne forme, mais c'est également important de repartir de zéro une fois que la période est terminée pour pouvoir cibler des courses en Europe.

 

Quand on est un jeune coureur comme toi, et qu'on planifie d'être en bonne forme dès janvier, est-ce facile d'enchaîner ensuite pour être en bonne condition toute la saison ?
Je ne pense pas que ce soit trop dur de garder la forme toute la saison, tu dois juste être malin concernant ton programme, et faire en sorte de te reposer suffisamment afin de rester frais mentalement. Tout le monde est fatigué en fin de saison, peu importe la manière dont tu l'abordes.

 

Quels sont tes objectifs en 2017 ?
En ce moment, je me prépare pour les championnats d'Océanie, et ensuite je regarderai en direction des courses du calendrier italien, ainsi que de Liège-Bastogne-Liège U23.

 

Quid de 2018, l'objectif sera t-il de passer pro ?
Je ne suis pas encore certain de ce que je vais faire en 2018, car il y a encore un long chemin jusque là. J'attends en fait avec impatience de pouvoir donner le meilleur de moi-même cette saison.

 

  • Aucun commentaire sur cet article.