ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

Interview : Frank Schleck "Faire partager mon plaisir"

 

 

 

Fränk Schleck a disputé en 2016 sa dernière saison professionnelle. Mais sitôt le dernier maillot rangé, il annonçait la création d'une cyclosportive à son nom, le 20 mai prochain. L'occasion était rêvée de faire le point avec lui sur son actualité et la façon dont il voit « son » épreuve.

 

 

Velo-club.net : Vous êtes un tout jeune retraité des pelotons professionnels et les deux premières questions que l'on souhaite vous poser sont : comment allez-vous et comment vous occupez-vous aujourd'hui ?

 

Fränk Schleck : Depuis de longues années, j'avais mes habitudes, mes points de passage : le mois de décembre c'était le stage à Calpe avec l'équipe. Nous recevions nos nouveaux vélos, j'étais en pleine préparation. En janvier, les premières courses approchaient.
Alors forcément, j'éprouve un peu de nostalgie par rapport à toutes ces années et ces bons moments. Mais, la page est tournée, je passe actuellement un excellent hiver avec du temps pour la famille.
Mais le vélo n'est jamais loin et j'essaie de rouler tous les jours. Ou plutôt, quand il ne pleut pas et que le froid n'est pas trop intense. Car je ne veux garder que le plaisir. J'avais commencé à courir quand le froid est arrivé mais définitivement, si le temps le permet, je préfère rouler. En décembre, la météo a été avec nous donc j'ai quand même bien enchainé les sorties. J'en ai besoin pour la tête, pour avoir un bon moral tout simplement.
Si certains posent le vélo définitivement, ce n'est pas mon cas. 25 ans de vélo dont 15 ans de professionnel, ça ne s'efface pas comme ça.
Je continue à savourer les paysages autour de chez moi, même si je les connais par cœur. Il n'y a rien à faire : ça reste beaucoup plus agréable de voir tout cela ainsi, plutôt qu'au volant de sa voiture.

 

VCN : Une cyclosportive à votre nom a-t-elle toujours fait partie de vos plans de reconversion ?

 

F. S. : Pouvoir faire partager mon plaisir, j'ai toujours aimé cela. Le Luxembourg possède une vraie politique à propos de l'environnement, de la santé. C'est un très beau pays, relativement méconnu. Avec la cyclosportive, j'espère faire partager ses atouts et je pense que beaucoup de cyclistes n'ont jamais roulé au Luxembourg, d'autant plus avec un nom connu (rires).
Ce Granfondo fera partie d'un trophée de cyclosportives, et le Luxembourg n'a jamais connu un tel évènement de masse pour le cyclisme, même si des cyclosportives y existent actuellement.
Lorsqu'on m'a présenté le projet, j'y ai tout de suite adhéré. J'étais même très emballé mais avant de poursuivre, j'en ai parlé à mon entourage... qui m'a laissé le feu vert pour poursuivre.

 

VCN : Quel est votre degré d'implication dans le projet ?

 

F. S. : Je considère tout cela comme une belle transition après le monde pro et je serai beaucoup au contact des pratiquants. Bien sûr, le jour J, je serai présent sur le vélo pour cette course d'un jour, un peu spéciale. Tous les participants viendront avec un objectif différent : gagner, se faire plaisir, découvrir un pays, rouler avec des cyclistes de tous horizons. Personnellement, je ne serai là aucunement pour gagner mais bien pour rouler en compagnie d'autres cyclistes, sans contraintes.

 

VCN : Certains de vos anciens collègues ou d'autres professionnels retirés des pelotons seront-ils présents ?

 

F. S. : Avec les organisateurs, nous sommes en effet en contact avec d'anciens professionnels ainsi que des coureurs encore en activité. Mais pour ces derniers, c'est forcément compliqué et tout le monde peut le comprendre : les équipes ont des programmes d'entrainement et de courses bien précis, il est parfois difficile de s'en écarter, sans compter le déplacement éventuel au Luxembourg. Le risque de chute existe aussi et certains coureurs ne souhaitent pas prendre de risques. Donc pour le moment je ne peux pas donner de noms de personnes présentes mais rassurez-vous, on y travaille.

 

VCN : Quelles seront les prestations prévues ?

 

F. S. : Sur le plan des prestations, nous allons faire le maximum avec mon club de toujours : l'ACC Contern. Le but avoué est clairement d'avoir un évènement convivial : il y aura une pasta party la veille de l'épreuve, en même temps qu'un briefing axé sur la sécurité car ce point est évidemment primordial. Nous avons prévu un village départ avec des exposants présents sur place et même des animations pour les enfants. Nous souhaitons véritablement proposer une belle journée pour la promotion du Luxembourg.

 

Plus d'informations à venir sur http://fr.uci.ch/cyclingforall/serie-mondiale-gran-fondo-uci/

 

  • Aucun commentaire sur cet article.