ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

Interview : Romain Gioux "Une découverte pour moi"

A 30 ans, Romain Gioux a signé aujourd'hui son premier contrat professionnel avec la formation Novo Nordisk. En exclusivité pour Velo-Club.net, il est revenu sur son parcours, mais aussi sa signature, et ses ambitions en vue de la saison prochaine.

 

 

Bonjour Romain peux-tu tout d'abord te présenter à nos lecteurs ?


Je m'appelle Romain Gioux, j'ai eu 30 ans le 6 septembre dernier. Je suis natif de Nevers dans le département de la Nièvre mais j'habite à côté de Clermont-Ferrand dans le Puy de dôme. J'ai débuté le vélo à l'âge de 8 ans après avoir essayé la pratique de plusieurs sports comme le foot, la natation, l'athlétisme, et depuis je n'ai jamais arrêté. C'est une réelle passion.

 

L'an prochain, tu vas rejoindre la formation Novo Nordisk, peux-tu nous expliquer les raisons de ton choix ?


Comme vous le savez le suis diabétique de type 1, un diabète insulino-dépendant. L'équipe Novo Nordisk ne compte en son sein que des coureurs atteints d'un diabète de type 1. C'est donc tout naturellement que j'ai pris la décision d'intégrer cette formation.

 

Comment se sont passées les discussions avec l'équipe, est-ce toi qui les as contactés ou l'inverse ?


J'avais déjà été en contact avancé avec l'équipe en 2013, mais mes obligations professionnelles m'empêchaient de pouvoir penser à un avenir de coureur professionnel. En cours de saison 2016, Charles PLANET, coureur du team Novo Nordisk m'a contacté, et j'ai donc pu convenir d'une période de test avec l'équipe développement de Novo Nordisk lors d'une course en République tchèque, l'East Bohemian tour.

 

L'effectif comporte de nombreux coureurs français, mais aussi Lionel Marie, qui fera office de DS. Connais-tu déjà certains d'entre eux ?


Comme je l'ai mentionné, je connais Charles Planet et j'entretiens des contacts avec les autres coureurs français de l'équipe. Par contre je ne connais pas encore Lionel Marie, mais j'aurai la joie de le rencontrer très rapidement lors de nos différents camps d'entraînement.

 

Comme tous les coureurs de l'équipe, tu souffres de diabète. Peux-tu nous dire à quel moment tu as découvert cela, et en quoi cela a changé ta pratique du sport au quotidien ?


J'ai été diagnostiqué diabétique à l'âge de 15 ans un peu par hasard. Lors des courses j'étais pris de crampes après la première heure, ce n'était donc pas normal. J'ai alors pris l'initiative de faire une prise de sang et il s'est trouvé que tout était normal à part la glycémie...La première chose que j'ai voulu savoir, c'est si je pourrai continuer le sport, car je ne peux pas m'en passer... Les médecins m'ont alors rassuré et j'ai pu rapidement remonter sur le vélo.

 

Dans un milieu qui a été longtemps gangrené par le dopage, les piqûres sont plutôt mal vues. Comment cela se passe t-il pour toi, qui en a vraiment besoin. Est-ce que tu essaies d'être discret par rapport à ça, notamment en course ?


En effet les piqûres sont mon quotidien. Je dois à chaque repas en faire une. Je suis assez pudique mais il n'y a aucune honte à faire cela.


Comment vis-tu le débat sur les AUT, essentielles pour un coureur atteint de diabète. N'y a t-il pas une confusion du grand public à ce niveau, entre les différentes raisons d'y avoir recours ?


Comme une personne atteinte de diabète de type 1, notre corps ne produit plus d'insuline. Tous les athlètes de l'équipe ont des AUT parce que sans insuline, nous ne vivrions pas. Nous ne prenons pas d'insuline pour améliorer la performance, nous la prenons pour survivre. Nous avons toujours le diabète, peu importe si nous sommes en course de nos vélos, donc nous devons toujours se concentrer sur sa gestion aussi bien que possible.

 

Pour conclure sur un aspect plus sportif, peux-tu nous dire quel genre de coureur tu penses être ?


Je suis un petit gabarit, rapide au sprint avec un bon rapport poids puissance. Je me considère plus comme un puncheur.

 

L'an prochain, tu vivras ta première année chez les pros, quels seront tes objectifs en 2017 ?


Comme vous le dites l'an prochain sera ma première année pro. Je suis élite depuis ma sortie de la catégorie junior, soit 12 années maintenant. Mais c'est un nouveau départ, une découverte pour moi. Je vais m'appliquer à observer, pratiquer mon métier avec le plus grand sérieux.

 

Y a t-il déjà des épreuves que tu as cochées, et où tu souhaites briller ?


Je n'ai pas encore le calendrier des courses que l'équipe va effectuer en 2017. J'en saurai plus d'ici quelques semaines. Comme je vous l'ai dit, je vais tout découvrir, alors l'ensemble des épreuves auxquelles je vais participer seront une chance et je vais m'appliquer pour bien y figurer.

 

  • Aucun commentaire sur cet article.