ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

Interview : à la découverte de...Dadi Suryadi

@terrengganu cycling team

 

 

Après Nariyuki Masuda, nous avons choisi de vous faire découvrir un autre coureur de l'Asia Tour, en la personne de Dadi Suryadi, l'indonésien de la formation Terengganu Cycling Team. Avec nous, il revient sur ses débuts, sa saison 2016, mais aussi ses envies pour le futur.

 

 

Bonjour Dadi, peux-tu tout d'abord te présenter à nos lecteurs ?

 

Bonjour, je m'appelle Dadi Suryadi, je viens d'Indonésie, et je suis coureur pro au sein de l'équipe Terengganu Cycling Team. J'ai débuté le vélo à l'âge de 14 ans. Je n'avais pas assez d'argent pour avoir un beau vélo de course, donc j'ai débuté avec un VTT d'occasion, juste pour pouvoir courir avec mes amis.

 

As-tu des modèles en tant que coureur ?

 

Alberto Contador est mon coureur préféré. J'adore le regarder quant il attaque dans les montées. C'est beau à voir.

 

Tu évoquais la difficulté d'obtenir un vélo neuf quand tu étais plus jeune. Est-ce que c'est compliqué de pratiquer ce sport lorsque l'on est un jeune Indonésien ?

 

Il y avait beaucoup de courses en Indonésie, mais ce n'était pas vraiment le problème. Le souci pour moi, c'était que je ne pouvais pas y participer à cause du coût élevé des transports, mais aussi des nuits d'hôtels. Néanmoins, je n'ai pas lâché prise, et j'ai continué à participer à des courses locales.

 

Puisque l'on parle de l'Indonésie, le cyclisme semble de plus en plus populaire ici, comment expliques-tu cela ?

 

Durant les dernières années, les indonésiens ont découvert que le cyclisme était un moyen génial d'introduire au monde nos merveilleux paysages. De nombreuses courses sont donc organisées dans différents endroits du pays, pour développer le cyclisme, mais aussi le tourisme. J'espère qu'un jour, il y aura une course World-Tour, afin que les gens puissent découvrir la beauté de notre pays, mais aussi la gentillesse des gens.

 

Tu as réalisé de très belles performances cette année, est-ce ta meilleure saison depuis le début de ta carrière ?

 

2016 a définitivement été ma meilleure année, que ce soit en terme de niveau ou de résultats. J'ai terminé 3ème à Ijen, 6ème à Flores, et 2ème à Singkarak. J'avais eu une très bonne préparation pour ces courses, et mon équipe Terrenganu m'a apporté un vrai support, que ce soit en terme d'équipement, d'entraînement, ou de préparation.

 

Quel est ton meilleur résultat cette année ?

 

Je dirais que tous les résultats sont importants. Je veux notamment avoir autant de points UCI que possible pour mon équipe. A Ijen, mais aussi à Singkarak, j'ai eu de bons résultats personnels. A Flores, c'était différent, et j'ai aidé Daniel à remporter le classement général.

 

Tu as participé à ta dernière course de la saison il y a quelques jours, quel regard portes-tu sur ta course ?

 

J'espérais réaliser un bon résultat lors du Jelajah Malaysia, car la course se disputait à la maison. Malheureusement, je suis tombé malade avant la course, et j'ai perdu du temps lors de la première étape, ce qui m'a mis hors-jeu pour le général. Maintenant, la saison est terminée, et je reprendrai le chemin de l'entraînement en décembre, afin d'être prêt pour 2017.

 

Quid du futur, quel est ton rêve en tant que coureur ?

 

J'aimerais rejoindre une équipe World-Tour un jour, et aussi, avoir la chance de courir le Tour de France.

 

L'an prochain, l'équipe devrait aller en Europe pour disputer quelques courses. Est-ce le genre d'objectif qui te procure une motivation supplémentaire ?

 

Les courses Européennes sont beaucoup plus dures que les courses asiatiques, et nous serons dans une nouvel environnement, avec un nouveau style de course, mais aussi une vitesse moyenne plus élevée. C'est donc nécessaire d'améliorer notre niveau, et je suis motivé à l'idée de m'entraîner encore plus dur pour réussir.

 

Pour conclure, on voit que le cyclisme devient de plus en plus populaire en Asie du Sud-Est, est-ce possible pour toi de voir émerger une équipe World-Tour dans les années à venir ?

 

En effet, le cyclisme est de plus en plus populaire. Je ne suis cependant pas sûr qu'une équipe World-Tour soit créée dans les quelques années qui viennent, mais il y en aura une un jour, c'est juste une question de temps.

 

  • Aucun commentaire sur cet article.