ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

Entretien exclusif avec Patrick Chassé

Après Thierry Adam il y a quelques semaines, c'est un autre nom bien connu des fans de cyclisme qui a accepté de répondre à nos questions. Au cours d'un long entretien, Patrick Chassé s'est en effet confié à notre rédacteur Anthony Orard.

 

 

Bonjour Patrick, première question, peux tu te présenter rapidement à nos lecteurs en nous parlant de ton parcours ?

 

J'ai commencé par être journaliste de radio locale. C'était il y a longtemps. C'était un peu l'internet de l'époque.
Puis de station en station, je suis arrivé sur radio France assez rapidement, et avec eux, j'ai fait le tour de France des radios de France. Puis petit à petit j'ai suis arrivé au sport, chez Eurosport, en mai 1991, au début de sa création.
Lorsque j'ai quitté la chaîne en 2010, j'ai monté Velobs et j'ai des activités journalistiques diverses, sur l'équipe 21 et Europe 1.

 

En parlant de l'Équipe 21, tu as retrouvé une place de commentateur après 4 ans d'absence. C'était un souhait de ta part ? Ou c'est la chaîne qui t'a contacté ?

 

C'est Eric Boyer qui m'a contacté. Il m'a dit, "Tiens, on va faire des diffusions en direct, j'ai parlé de toi à Stéphane David", qui était à l'époque responsable des opérations spéciales. Après les chefs ont changé, mais la confiance m'a été renouvelée.

 

Tu n'as jamais été contacté par France TV ?

 

Non, jamais. Quand j'ai quitté Eurosport, il n'y a pas grand monde qui m'a contacté. Charles Biétry m'a appelé. À l'époque il était justement à l'Équipe TV, (qui est devenu l'Équipe 21). Le problème, c'est qu'il est parti juste après m'avoir contacté. Bein Sport, à ce moment là, je n'avais pas trop envie de postuler, j'étais plus dans une logique de production. J'ai effectué quelques dépannages sur Sport+, car à l'époque, c'était un copain à moi qui était rédacteur en chef de la chaîne. Je lui ai dit que ça me ferait toujours plaisir de commenter de temps en temps si besoin. J'avais fait le tour, j'avais l'impression d'avoir tourné la page.

 

Le cyclisme marche bien sur cette chaîne, va t-elle augmenter le nombre de course dans les années à venir ?

 

Avec la chaîne, on va en faire un peu plus. L'objectif est de monter une offre vélo de plus en plus conséquente dans les années à venir. On va augmenter la programmation. À l'Équipe 21, ils m'ont demandé de les aider à construire cette offre. Voir si on ne peut pas trouver des opportunités, sur un marché qui intéresse pas mal de chaînes. On retrouve déjà pas mal d'épreuves sur les chaînes existantes, mais on va essayer de faire notre place sur le créneau des chaînes gratuites.

 

Est il possible de voir, par exemple, le pack des courses italiennes comprenant le Giro, arriver un jour en clair sur cette chaîne ?

 

Le pack existe déjà, Bein Sport l'a pris à Eurosport il y a 3 ans. Il y a des négociations qui ont lieu. Honnêtement je ne sais pas du tout où ça en est et si ça a commencé. L'Équipe 21 étant intéressée par les courses de vélo, pourquoi ne serait-elle pas intéressée par des courses comme le Giro ? Après c'est toujours pareil, est-ce que ça rentre dans les moyens financiers de la chaîne, c'est aussi la question...

 

En plus de te retrouver sur l'Équipe 21, tu es aussi le fondateur de Velobs. Tu as lancé il y a peu les Velobsédés, un podcast vidéo sur twitter. Comment t'es venue l'idée ?

 

L'idée est venue de façon naturelle. On a essayé d'utiliser les nouveaux outils du web. Au départ on s'était dit, tiens on pourra proposer le concept à des acteurs du vélo, des équipes ou des organisateurs par exemple. On s'est dit aussi que les podcasts, ça peut intéresser les acteurs du milieu.

Mais avant tout, il faut bien savoir maîtriser ces outils, donc il faut tester pour impliquer et pour pérenniser dans le temps. Ce n'est pas du boulot, mais il y a derrière une petite arrière-pensée avec des applications. Il suffit de l'avoir écouté pour savoir que ça n'a rien de très professionnel, c'est avant tout un truc entre des gens qui aiment bien le vélo et qui discutent de leur passion assez librement.
Les intervenants sont de qualité. Ce qui est bien, c'est qu'ils sont de tous horizons, on mélange des journalistes de presse, de web, des gens qui sont juste passionnés de vélo. Des jeunes, des vieux, enfin des jeunes, un vieux (rire).
C'est assez réseaux sociaux dans l'esprit.

 

Tu as quitté Eurosport dans des conditions assez tendues.

 

(Patrick me reprend). Assez tendues, non. Ça s'est fait un peu brutalement parce qu'il y en avait un avec qui je ne m'entendais plus. Mais j'ai de très bonnes relations avec les gens d'Eurosport.

 

Sur Eurosport, avec Jacky Durand, vous étiez le duo phare des commentateurs. Peut-être même un des meilleurs. Pour les nostalgiques, on peut vous retrouver sur Pro Cycling Manager. Cela a aussi popularisé une de vos phrases, la fameuse "Attaque de marlou ! Il veut passer à la télé celui-là" . On t'en parle encore ?

 

J'ai dû la dire lors de la deuxième année, mais honnêtement, je ne me souviens pas du tout l'avoir dit quand on me l'a raconté. Ce sont mes enfants qui me l'ont dit quand ils ont eu l'âge de jouer à Pro Cycling Manager. C'est une phrase qui m'est venue spontanément. Je ne sais pas si tu vois comment ça se passe, mais il faut essayer de sortir de temps en temps des phrases spontanées, sinon on tourne en rond. C'est très difficile dans un truc qui n'est pas la réalité. C'est resté, je trouve ça très marrant. On devrait gagner un truc quand on arrive à la faire sortir dans le jeu (rires).
Chez Cyanide, ils m'ont demandé d'en sortir d'autres, mais je leur ai dit "Attendez, je vais pas réfléchir sinon ce n'est plus spontané".

On fait ça tous les ans, c'est moi qui ai demandé à avoir Jacky. Je trouvais que ça apportait un plus, un côté réaliste.
C'est très difficile à faire sur un jeu de vélo. Avec la technologie, on devrait arriver à corriger ça. Je sais qu'il y a eu des critiques, que j'ai comprises, parce qu'on voyait les rouages sur Fifa, etc... qui étaient de mieux en mieux. Et ça se voit moins sur Pro Cycling Manager. La vidéo a fait, par contre, des progrès spectaculaires.

En ce qui concerne le jeu sur console (Tour de France), l'audio est plus sympa, on l'a avec les directeurs sportifs et on peut entendre radio tour. J'avais un a priori sur le premier opus. Je me suis dit ouais, bof, c'est pour les petits (rires), et il s'est avérait qu'en fait non, c'était très bien.

Je me souviens aussi d'une anecdote, la première fois qu'on ma demandé un autographe. C'était un enfant de 4 ans, et il pensait que c'était un robot qui faisait la voix de PCM. Quand son père lui a dit que c'était moi, j'avais l'impression d'être son idole absolue. Bon maintenant qu'il est plus vieux, il a du se mettre au foot (rires)

 

Tu utilises beaucoup les réseaux sociaux. Tu lis les avis et critiques sur internet ?

 

Je lis beaucoup sur Twitter, je suis plus Twitter que Facebook. Lorsque j'étais sur Eurosport, je mettais un point d'honneur à ne pas lire les forums. Je savais que ça existait, on m'en parlait mais je ne voulais pas savoir.
On avait déjà les questions posées aux commentateurs sur le forum d'Eurosport ou c'était pas toujours sympa, quand la retransmission ne commençait pas à l'heure, ou quand on disait des conneries. Ça ne me faisait ni chaud ni froid.
Maintenant que je ne suis plus vraiment commentateur, il m'arrive d'y aller et de lire, car l'avis des téléspectateurs m'intéresse beaucoup plus qu'avant.

Je trouve que les réseaux sociaux sont très durs. Je lis plus sur mes confrères que sur moi même, et je n'aurais pas de mot assez durs pour dire ce que j'en pense. Je trouve ça dégueulasse. Et je ne dis pas ça pour être corporatiste. Je pense que les gens derrière leur écran ne se rendent pas compte du mal qu'ils peuvent faire. Je ne suis pas encore trop mal traité j'ai l'impression, mais ce que j'ai lu sur Thierry Adam par exemple, j'ai trouvé ça parfaitement dégueulasse.
On peut toujours se dire qu'il ne le lira pas, mais il y aura toujours des gens qui le feront et qui lui rapporteront.
Sur les coureurs aussi, c'est d'une brutalité. Je ne comprends pas.

Ça me chagrine. Je suis comme tout le monde. Il y a des coureurs que j'aime, et d'autre que je n'aime pas, mais on peut le dire à trois potes ou au bistrot. Mais ce n'est pas la même chose que d'aller le dire sur un forum. Il y a des gens que j'aime beaucoup sur Twitter, je me suis désabonné d'eux, je n'avais pas envie de lire ce genre de choses. On peut avoir un avis, mais sans la violence et la brutalité. Un commentateur c'est un peu moins grave à la limite, il a pu faire un lapsus, j'en suis le roi.

Sur le forum de velo-club.net, par exemple, lorsque Jérôme Pineau appelle Miguel Angel Lopez « Moreno », il s'est fait bien charrier, ça nous a bien fait marrer. Mais pour un coureur, je me souviens de Thibaut Pinot, quand il a manqué son Tour en 2013, il avait été marqué par les commentaires sur les forums qu'il avait lu. Après on peut se dire, que peut-il bien aller faire sur les forums pendant le Tour de France. Mais il était jeune, je pense que d'autres lui ont dit de faire attention.
Il y a plus de dérives que de bonnes choses sur les réseaux sociaux. J'aime beaucoup ça, mais il faut bien reconnaître qu'il y a beaucoup plus de choses insensées que de choses sensées. D'une manière générale, c'est le cas sur internet. Periscope, qui est un nouveau média, Snapchat aussi, il y a 95% de déchets dessus, et 5% de trucs intéressant. Il y a 95% des choses, tu as envie de pleurer des fois.

Bref, je trouve que les réseaux sociaux, c'est génial, on peut faire des choses supers, je suis fan. Mais à condition de se préserver et de se modérer. D'ailleurs moi le premier, sur Twitter, au début, je disais tout et n'importe quoi. Très vite je me suis rendu compte qu'il fallait être plus raisonnable et se modérer. Ça évolue pas mal, je ne sais pas si ce sera dans le bon sens, on verra.

 

Sinon on va reparler vélo, le projet Velon, tu en penses quoi ?

 

Ce qui me gêne, c'est que j'ai l'impression qu'ils sont plus préoccupés par l'aspect marketing que par eux mêmes. Pour moi c'est constat d'échec. Ça montre qu'il est impossible de s'entendre car chacun a ses propres intérêts. On n'y est pas encore, mais ça pourrait un peu mal évoluer comme pour la boxe.

 

Évoquons maintenant le tour de France, qui va commencer samedi. Que penses-tu du parcours et de la liste de départ ?

 

Le parcours? Très bien, mais j'ai toujours été intéressé et enthousiaste vis-à-vis des parcours. Il y a le Ventoux, ce que je préfère. J'aime bien l'idée de la conception du vélo de Prudhomme et de son organisation, je trouve qu'il apporte un vrai plus. Il y a une belle première semaine, qui part de France.
Par contre je n'aime pas trop les départs de l'étranger. J'aime beaucoup partir de France, mais je ne suis pas du même avis que Madiot, j'aime bien passer à l'étranger. Mais d'y partir, je n'aime pas. J'ai l'impression qu'on quitte une course pour en trouver une autre. Partir de France ça me paraît dans l'ordre des choses. J'aimerais aussi finir ailleurs que sur les Champs Élysées. Arriver une année sur Bordeaux par exemple, ou ailleurs. Le Giro varie de temps en temps, on peut s'en inspirer.

Sinon concernant la liste de départ, il y a plein de belles histoires possibles. Les français progressent d'année en année, et pas qu'en montagne, dans tout les registres. Le Tour ne se déroule jamais comme prévu de toute façon. Astana ça va être un vrai show comme ils savent le faire, Aru et Nibali, ça va être un peu comme Armstrong et Contador en 2009.
On a les Sky, les Movistar, et le Tour, c'est la plus belle course.

Je lisais le forum velo-club.net et je comprends qu'on puisse se fasciner pour un Roglic sur le Giro par exemple, ou penser que le Giro et la Vuelta sont plus spectaculaires, mais le Tour c'est autre chose. C'est au dessus.
Le vélo, on dit qu'il est un peu trop stéréotypé depuis des années. Je ne veux pas m'avancer mais j'ai l'impression qu'on est en train de le voir changer. Le vélo a toujours suivi des modes. Les coureurs sont en train de changer de comportement. Quand on voit des Contador, des Nibali, des Valverde, qui n'étaient pas forcément comme ça au début, oser et tenter des choses, ça va dans ce sens.

Les équipes et les coureurs ont sans doute compris que le coté spectaculaire pouvait être payant, populaire. D'ailleurs je trouve que les consultants sont souvent très ringards là-dessus. Vasseur et Durand, que j'aime beaucoup, sont parfois un peu démodés quand ils disent que les coureurs doivent être économes et faire attention à leurs forces. C'est le naturel qui reprend le dessus. Vasseur, que j'admire, a souvent l'œil mais je suis en désaccord avec ses analyses. D'un côté tant mieux, il faut de tout, ça permet le débat.

 

Crois-tu en une victoire finale française ?

 

Il faut toujours y croire au départ, mais je vais utiliser mon joker. Je n'ai pas envie de répondre à cette question parce que je suis un peu superstitieux. Je suis content aussi, parce que les Français avaient un vrai problème dans le contre-la-montre, mais ils ont progressé. Pinot gagne des chronos, Bardet assure. J'espère que Barguil lui aussi progressera.
Si Quintana peut faire des progrès comme il l'a fait, les autres aussi peuvent le faire. J'ai quand même l'impression qu'il y a maintenant moins de différence au niveau des écarts qu'auparavant entre les grimpeurs et les rouleurs.

 

Un petit pronostic pour la victoire finale ?

 

Mon avis a changé depuis le début de saison. Mon pronostic réaliste, c'est Quintana. Movistar va être la meilleure équipe pour moi. Ils peuvent mettre le feu. Ils ont une grosse équipe. On dit souvent que cette équipe court mal. Moi je ne suis pas d'accord. Movistar a une prise de risque plus importante. C'est comme pour Etixx, ils prennent plus de risques. Quand ils prennent le départ d'une course, c'est pour la gagner.

Sur le Championnat de France, on peut dire que la FDJ a eu la bonne tactique, mais ils n'ont pas été les plus offensifs contrairement à Ag2r qui a tenté, mais qui n'a pas réussi. Movistar court bien, ils ont une tactique offensive. Valverde, ce n'est pas toujours son rôle d'être offensif. Si sur le Tour Valverde contrôle tout pour Quintana, ce sera très efficace mais ce ne sera pas forcément spectaculaire. C'est l'équipe la plus complète.

 

Merci à Patrick pour sa disponibilité et sa gentillesse.

  • Aucun commentaire sur cet article.