ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

[Champions de demain] ITW : Pavel Sivakov " Encore beaucoup à prouver avant de passer pro"

@pavel sivakov

 

 

Après Léo Vincent samedi dernier, c'est aujourd'hui Pavel Sivakov qui se prête au jeu des questions/réponses pour la série d'interviews sur la thématique des "Champions de demain".  L'occasion pour vous de découvrir un jeune coureur très sympathique, et pétri de talent.

 

 

 

 

Bonjour Pavel, peux-tu tout d'abord te présenter à nos lecteurs ? Quand as-tu commencé à faire du cyclisme ?

 

J'ai commencé à courir régulièrement en Minime 2, mon premier club fut « St Go Cyclisme Comminges », c'est à partir de la catégorie junior que j'ai changé de club pour partir à « L'intégrale Bicycle club de l'Isle Jourdain » qui m'a permis de m'épanouir au sein de leur équipe junior « Culture Velo U19 »

 

Tes deux parents ont été cyclistes, ton père à même disputé le Tour de France je crois, est-ce en les voyant ou en les suivant sur les courses que tu as eu envie de devenir cycliste ?

 

Oui mes parents on été cyclistes professionnels, mon père a couru les 3 « Grands Tours » et les classiques les plus mythiques du circuit professionnel. Ma mère a été double championne du Monde de contre-la-montre par équipe avec la sélection nationale russe, 2eme du Giro et 4eme du Tour de France féminin, j'ai donc le vélo dans mes gènes! Mais ils ne m'ont pas orienté vers le cyclisme, je me suis essayé dans de nombreux autres sport avant de choisir mon sport de prédilection qu'est le cyclisme.

 

Tu as la particularité d'avoir la nationalité russe tout en résidant en France depuis toujours quasiment, quelle force tires-tu de cette double culture ?

 

Oui je réside en France depuis quasiment toujours, j'ai donc grandi en France et dans la culture française. J'ai véritablement découvert la culture russe il n'y a pas si longtemps lors de mes premières sélections avec l'équipe nationale, car auparavant je ne fréquentais pas beaucoup de personnes russes, mis à part mes parents. Ce sont deux cultures différentes et je m'inspire des meilleurs aspects de chacune de celles-ci afin d'en tirer le meilleur profit!

 

Tu as fait une demande de nationalité française par ailleurs je crois, à terme où va ta préférence pour la sélection nationale ?

 

Oui j'ai bien demandé la nationalité française mais les démarches sont longues j'espère donc que ça sera bon pour 2017.
Je ne connais pas le fonctionnement de ce changement d'équipe nationale, on me pose souvent cette question mais pour le moment je n'ai pas encore pesé le pour et le contre, je n'en suis pas encore la.

 

Avant de passer à la saison 2015, peux-tu indiquer à nos lecteurs comment tu te définis en tant que coureur. Quel est ton terrain de prédilection ?

 

Je suis quelqu'un qui passe un peu partout. Cette année je me suis bien débrouillé sur tous les types de terrain, comme le montrent mes victoires de cet été avec dans un premier temps un relief plutôt montagneux en Autriche et ensuite quelque chose de plus plat avec le Tour des Flandres. J'aime quand les courses sont difficiles. Je pense que les coureurs commencent à se spécialiser à partir de la catégorie U23 car en junior lorsque tu es fort, tu peux gagner sur pratiquement n'importe quel type de terrain.

 

Y'a t-il des domaines où tu souhaites t'améliorer dans le futur ?

 

Pour le moment je ne connais pas encore mon domaine de prédilection, je pense devenir un rouleur typé classique de par mon gabarit et mes qualités actuelles. Mais quand j'aurai vraiment découvert ma spécialité je pense me focaliser dessus car je préfère être à 100% dans un domaine plutôt que d'être moyen dans différent domaines.

 

Passons maintenant à 2015, quel regard portes-tu sur ta saison ? De la satisfaction j'imagine. Quel aura été le souvenir le plus marquant, ta victoire au Tour des Flandres ou le succès au Tour d'Autriche ?

 

Je n'ai pas été très régulier cette saison, j'ai chuté assez fort sur mon genou en avril, et j'ai du mettre une croix sur mon début de saison. Ma fin de saison n'a pas été bonne non plus.
Je peux me satisfaire avec une belle série de courses en été avec Avia W-CUP. Ces deux victoires sont des super souvenirs. Au cours du Tour d'Autriche j'ai été très régulier, toujours terminé dans les 5 et remporté une étape et le général, un super bilan. Mais le Tour des Flandres reste quand même une course à part avec son atmosphère typiquement Belge, cette victoire restera la plus belle en 2015.

 

Quand on regarde les résultats, on voit que cela a été plus compliqué à partir du mois d'août. As-tu ressenti de la fatigue à ce moment là de la saison ? As-tu trop puisé dans tes réserves pendant le mois de juillet où tu as enchaîné deux courses par étapes ?

 

Non je ne pense pas avoir trop puisé dans mes réserves, j'ai connu un mauvais hiver car j'ai souvent été malade, ce qui est primordial car c'est la base dont nous avons besoin au court de la saison, et j'ai manqué de cette base. Je n'ai pas réussi a reprendre une bonne forme pour les mondiaux.

 

En préparant l'interview j'ai vu que tu n'avais pas fini la course à Richmond, que s'est-il passé ?

 

J'ai eu un ennui mécanique, je n'ai pas très envie de revenir dessus car c'est une grosse déception pour moi cette saison.

 

Après les mondiaux justement, on a appris que tu rejoindrais la formation espoirs de la BMC, comment cela s'est-il passé avec eux, qu'est ce qui t'as convaincu de les rejoindre l'an prochain ?

 

Cette équipe est à mes yeux une des meilleures structures U23, c'est une réserve pro ce qui est super car on a suivi très proche de l'équipe World-Tour. Ils ont également un super calendrier de courses et s'adaptent bien aux coureurs. C'est ce qui me permettra, j'espère, de m'épanouir et progresser dans les années a venir.

 

Puisque l'on évoque l'an prochain, comment se passe ta préparation, as-tu déjà repris le chemin de l'entraînement ?

 

Oui j'ai bien repris le chemin de l'entraînement petit à petit, en espérant cette saison avoir une bonne base hivernale pour 2016.

 

On sait qu'il y a deux différentes en terme de préparation, ceux qui roulent beaucoup et ceux qui préfèrent diversifier les activités pendant l'hiver, vers quoi va ta préférence ?

 

Je suis plutôt quelqu'un qui roule pas mal mais je mets également l'accent sur la préparation physique qui est primordiale.

 

Quels seront tes objectifs pour la saison prochaine ? Y'a t-il des courses que tu as déjà coché, des épreuves ou tu auras à cœur de briller ?

 

Je n'ai rien coché pour le moment, nous allons définir les objectifs avec le staff de l'équipe. J'espère vraiment pouvoir remporter une belle victoire internationale l'an prochain.

 

Pour finir, est-ce que ce sera un objectif de passer pro en 2017, ou te laisses-tu encore un peu de temps pour penser à la question ?

 

Passer pro est un objectif mais pour le moment je ne me focalise pas sur ça mais sur la prochaine saison, j'ai encore beaucoup à prouver avant de pouvoir passer Pro!

 

 

Merci à Pavel Sivakov pour sa disponibilité.

 

 

 

 

 

  • Aucun commentaire sur cet article.