ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

[Récit] Guillaume Gaboriaud "de ma reprise après la chute, jusqu'au Kreiz Breizh Elites"

"Première victoire UCI pour Guillaume Gaboriaud sur le Kreiz Breizh Elites, qui est revenu de loin en seulement un mois et demi"

 

Lire la suite : [Récit] Guillaume Gaboriaud "de ma reprise après la chute, jusqu'au Kreiz Breizh Elites"

[Récit] Pierre Idjouadiene nous raconte son Tour d'Alsace

Le Tour Alsace est un rendez-vous incontournable de l’été pour le CC Etupes. Son charme, son ambiance, ses routes, sa start-list et sa proximité en font une épreuve magnifique pour notre club et pour l’ensemble des spectateurs sur le bord de la route. Du vrai vélo, comme on aime le pratiquer ; mais aussi du sport et des peines, surtout lorsqu’on court face aux pros. Chronique de cinq jours de course au pays du Gewurztraminer.

 

Prologue : SAUSHEIM – SAUSHEIM, 7,1km

 

Les prologues sont plutôt rares sur une saison d’amateur, en soirée encore plus ! La proximité du siège du club à Etupes avec la ville départ de ce Tour Alsace a permis de nous épargner les heures de voiture habituelles.

 

16h : On est relax, on a le temps de repérer le circuit très tortueux et exposé au vent. Les salutations et les poignées de main entre les équipiers et les membres du staff du matin ont laissé place aux premières blagues de coureurs, l’ambiance est bonne, on le sent ! Mon départ est à 19h30, je suis large. Un petit contretemps va néanmoins me causer un peu de stress, je me suis fait piquer par une abeille ! C’est le genre de malchance qui n’arrive qu’à moi avant le départ d’une course ; et surtout mon bras gonfle… Pas le choix, je dois aller voir le Doc’ de la course pour contrôler.

 

18h30 : Au final ce n’était pas bien grave, mais j’ai perdu une heure sur mon planning et il est désormais temps de monter au plus vite sur l’home-trainer pour un échauffement de 35min composé d’exercices diversifiés et plus ou moins intenses histoire de préparer l’organisme à l’effort violent qui arrive.

 

 

 

19h30 : On me demande des nouvelles de mon bras sur la ligne de départ avec l’accent alsacien, ça me fait rire. 5 – 4 – 3 – 2 – 1 - départ ! Mon DS Jérôme Gannat me conseille dans l’oreillette de partir cool pour assurer quand il y aura vent de face ; j’exécute. Pas de risque dans les virages, je ne suis pas là pour gagner, je le sais : les pros ont beaucoup plus de force que nous sur ce genre d’exercice. Je rallie la ligne en en 9’34, soit à la 65ème position. L’ensemble de l’équipe se tient en 12 sec, on est loin du vainqueur américain (9’05), mais c’est pas mal.

 

Lire la suite : [Récit] Pierre Idjouadiene nous raconte son Tour d'Alsace

[Récit] Pavel Sivakov nous raconte son Paris-Chauny

Vous le savez, depuis plusieurs semaines, la rédaction de Vélo-Club fait la part belle aux espoirs et aux amateurs en publiant notamment des récits de course. Aujourd'hui, c'est Pavel Sivakov, le talentueux espoir de la formation BMC Devo, qui a eu la gentillesse de nous livrer le récit, de son Paris-Chauny.

 

 

Me voilà de retour à la compétition après 1 mois sans courses, suite à mon début de saison très chargé. Avant de courir Paris-Chauny le dimanche j'étais aligné sur le Omloop Het Nieuwsblad, une autre classe 2 qui fut très exigeante en empruntant les difficiles monts Flandriens et différents secteurs pavés, une vraie classique Belge, on se serait cru au mois de mars avec des grosses averses et une température pas forcément chaude. Je me suis plutôt rassuré sur ma condition, car j'étais toujours présent à l'avant jusqu'à ma crevaison survenue à 35km de l'arrivée sur un secteur pavé. Ma course fut donc en quelque sorte terminée, et j'ai franchi la ligne d'arrivée à la 44ème position en compagnie de mon coéquipier Bram Welten.


Le lendemain, nous avions donc rendez-vous à Margny-lès-Compiègne pour prendre le départ de Paris-Chauny. Dès le matin j'ai ressenti quelques traces de la veille dans mes jambes mais lorsque la course fut lancée, les sensations furent quand même plus bonnes.

 

Lire la suite : [Récit] Pavel Sivakov nous raconte son Paris-Chauny

[Récit] Flavien Maurelet nous raconte son championnat de France amateurs

 

Aujourd'hui, c'est le jour J. Le gros objectif de l'année, celui de faire un podium voire même de se voir avec la tunique bleu blanc rouge. Ce jour là, tous les coureurs rêvent au moins un instant de porter ce maillot qui signifie énormément de choses.

Sur la ligne, j'ai la pression avec l'envie de faire une jolie course et de surtout ne pas avoir de regrets. Le décompte du temps jusqu'au 3,2,1 et « partez » est énorme et lorsque j'ai mis mes premiers coups de pédales la pression redescend assez vite.

Une fois lancé, pas d'attaques étant donné qu'il y avait la bosse d'entrée de jeu et tout le monde ne voulait pas prendre le risque de perdre une « cartouche » dès le km 0.

Les offensives ont commencé juste après la bosse mais rien d'inquiétant au vu de la difficulté du circuit.

 

A la mi-course, avec l'enchainement des difficultés, j'ai vu que pas mal de monde commençait à marquer le pas. Et dans la première bosse un coureur de Chambéry a attaqué et a mis le peloton en file, si bien que nous étions plus que 10/12 au sommet.

Il y a des cassures mais tout revient dans l'ordre quelques kilomètres plus loin.

A trois tours de la ligne d'arrivée, David Gaudu a mis une très grosse attaque avec dans la roue Gesbert, Madouas et Cosnefroy. Je n'ai pu que les regarder car même dans mon état de forme maximal je n'aurais pas pu les suivre. Ces quatre coureurs sont rentrés sur l'échappée qui sera la bonne. Pour finir la course, un peu de pluie mais avec la température qu'il a fait il ne faisait pas froid et ça ne m'a pas dérangé. Dans notre groupe, nous étions une vingtaine,  nous sommes arrivés au sprint et je prends la 22ème place de ce championnat.

 

Je finis malgré tout sans déception car les premiers étaient simplement plus forts que moi et mes sensations étaient bonnes pour cette journée.

Maintenant, place à la deuxième partie de saison en espérant des succès !

[Récit] Sébastien Fournet-Fayard nous raconte son championnat de France CLM

"23ème du Chrono des Championnats de France, et 4ème de la catégorie amateurs, Sébastien Fournet-Fayard, a donné son maximum dans des conditions difficiles". crédits photo : Philippe Poulleau

Lire la suite : [Récit] Sébastien Fournet-Fayard nous raconte son championnat de France CLM