ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

[Récit] Quentin Rossini nous raconte son Grand Prix d'Ouverture Pierre Pinel

crédit photo : Vincent Cousinié
 
Cette course est particulière pour moi. Elle me tient vraiment à cœur car quand j'étais plus jeune (il n'y a pas si longtemps), j'allais la voir avec mon père et mon grand frère et j'étais vraiment admiratif devant  tous les coureurs, surtout qu'il y avait parmi eux des futurs ou anciens pros ! J'avais bien sur imaginé y être un jour, mais bon, quand on a 12 ou 13 ans, on aime rêver... En voyant mon nom inscrit sur la liste de départ, ça m'a fait repenser à tout ça... et en plus le nouveau tracé du circuit utilise "mes routes d'entraînement" et passe juste devant chez moi. Pour mon premier "Championnat du Monde de Midi Pyrénées" j'étais très excité et concentré avant de prendre le départ. 
 
Le briefing: 
L'objectif du club était de gagner la course avec n'importe quel coureur de l’équipe, mais nous voulions gagner. Comme nous avions un bon effectif nous avions plusieurs coureurs protégés (Flavien -Maurelet-, Yoan -Verardo-, Olivier -Le Court-, Max -Moncassin-...). La consigne était claire : des blagnacais dans toutes les échappées, et rester bien placés et en groupe dans le peloton pour pouvoir contrôler la course.
 
Le départ: 
Le départ a été très rapide jusqu’à Bessières, comme on aurait pu l'imaginer. Les consignes ont été respectées, des blagnacais attentifs et dans tous les coups! 
 
La course:
Après le premier point chaud un groupe de 7 coureurs s'est détaché, nous avions Tristan (Selivert) dedans, moi je me suis trouvé intercalé entre le peloton et l’échappée avec un autre coureur, n'arrivant pas à faire la jonction. Au pied de la bosse de Montvalen, la situation était toujours la même, le peloton a fait la bosse à bloc depuis le pied sous impulsion d'Armirail, nous avons tous été repris et je finis la bosse en queue de peloton. Une nouvelle échappée s'est formée en haut de la bosse, nous avions 4 coureurs dedans (Max, Rémy -Gras-, Boris -Zimine- et Roman -Kohl-). Ensuite le reste de l’équipe n'avait plus qu'à se regrouper et laisser faire, en attendant les infos... 
Jusqu’à Garidech le peloton était organisé comme chez les pros avec l’Occitane qui roulait, Top 16 en second rideau puis nous en troisième. Comme je connaissais bien le circuit j'ai essayé de faire en sorte que l'on arrive avec toute l'équipe groupée et placée à la fin du premier circuit, avant le premier passage du mur d'Angalinat.
 
crédit photo : photos vélo
 
Dans le deuxième tour, notre stratégie a changé car nous n'avions plus qu'un seul coureur dans l’échappée. Après Azas nous devions essayer de relancer la course.


Je commençais à être excité car la course allait passer juste devant chez moi. Mon oncle avait fait une banderole et je voulais être devant pour que mes proches puissent me voir... et c'est d’ailleurs à partir de là que nous avions décidé de mettre en route pour reprendre l'échappée! Il y avait 1 minute 40 secondes à combler.
 

crédit photo : famille Rossini


Toute l'équipe s'est mise à rouler, c’était vraiment top, on n'a pas compté nos efforts. Comme je connaissais bien les routes, j'ai essayé d'indiquer au mieux les difficultés, on a tout mis jusqu'au pied du "petit Tourmalet", l’écart était tombé à 30 secondes. Flavien et Olivier n'avaient plus qu'à conclure en faisant le jump!!!
 
Le final: 

Quand je suis arrivé dans le circuit final j'ai voulu faire un tour, comme ça pour pour voir, puis en voyant tout ce monde, ma famille m'encourager et les potes de mon ancien club, j'ai fait quatre tours pour le plaisir. J'avais les jambes détruites mais je m'éclatais.

  • Aucun commentaire sur cet article.