ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

[Récit] Eugène Richardot (VC Toucy) nous raconte son GP Sakia El Hamra

Les coureurs du VC Toucy lors de la présentation des équipes - photo facebook vc toucy

 

Pour ce premier récit de l'année 2017, c'est le pensionnaire du VC Toucy, Eugène Richardot, qui a eu la gentillesse de se prêter au jeu. Pour vous, il revient sur son Grand Prix Sakia El Hamra, première manche du Challenge de la Marche Verte, qui se disputait hier au Maroc.

 

 

Bonjour Je m'appelle Eugène Richardot, je suis coureur à Toucy depuis 3 saisons maintenant, c'est un club où je me sens bien et ou j'ai de bonnes relations.

 

Grégoire nous à proposé de partir au Maroc cet hiver, et c'est avec plaisir et envie que j'ai accepté le challenge. Nous sommes arrivés il y a 2 jours, et pour nous rendre sur place, nous avons du prendre un avion militaire, qui nous a mené jusqu'à Laayoune. En arrivant, nous avons effectué une petite sortie à notre arrivée. Durant celle-ci, j'ai été marqué par le peu de route qu'il y a, impossible de faire un circuit juste un aller retour, sur une route très fréquenté.

 

Par contre, avec un très beau soleil et 25 degrés au thermomètre, le cuissard et le maillot sont de sortie. C'est un début de voyage assez drôle, dans le sens où je découvre un pays que je ne connaissais pas, une autre culture, des personnes respectueuses et joviales, d'autres coureurs.

 

Pour notre première course aujourd'hui (hier ndlr), la présentation des équipes se déroule dans un un palais très beau avec une ambiance incroyable, musique africaine, porte drapeaux, caméras, photos, des stars locales, et le roi de la province qui vient nous saluer. Nous sortons ensuite du palais pour saluer la foule, partons sur un circuit de 3 km puis sortons de la ville pour charger les vélos dans le camion et prendre le bus pour faire environ 40km et rejoindre le départ au milieu du désert.

 

C'est un avion militaire qui a conduit les coureurs jusqu'au lieu de départ - photo : facebook vc toucy

 

La course est plate de chez plate au milieu du désert saharien, à l'ouest. Pas un arbre, pas un virage, pas un village. un vent, d'une vingtaine de km/h, 3/4 dos. Des dunes de sables à perte de vue. Je pensais que la course allais être rapide mais pas à ce point la. Bordure d'entrée de jeu par les marocains ( km6), je me retrouve dans la caillasse avec Siim (mon coéquipier estonien) juste derrière le premier éventail, mon jeune coéquipier Charlie saute de l'éventail juste devant, et nous le récupérons , Nous lui laissons juste la place pour s'abriter derrière nous mais nous prenons quelques mètres puis 10-20, je me retourne et n'aperçoit personne derrière moi. Le second éventail avait déjà pris 30 secondes. Siim fait l'effort pour recoller, en vain, Siim s'écarte et nous laisse à 2. Nous insistons donc avec Charlie pendant 5km à plus de 55 km/h et à 80 m du groupe, foutu, un groupe d'une quinzaine de coureurs se détache, et nous nous relevons.

 

Me voilà dans le deuxième éventail composé de 25-30 coureurs, la chasse commence, et nous restons pendant 120 km à 30 secondes, 1 minutes avec toujours le premier groupe en point de mire. Nous revenons tranquillement à moins de 20 secondes. les marocains (6/12 au départ ) présents dans notre groupe remettent un coup de bordure pour rentrer seuls. Le groupe vole en éclats, il me manque encore une fois pas grand chose pour accrocher le groupe (10) qui s'en va.

 

Je me retrouve avec 2 canadiens avec une force phénoménale, nous rentrons dans un groupe qui s'était reformé avec des coureurs qui on sauté du groupe de tête et du deuxième éventail (8 coureurs) Nous sommes à présent à 3 km de l'arrivée, je suis à bout, je fini 30ème à 4 min de la tête de course.

 

La course de 155 km, est finalement bouclée en moins de 3h ( 2h58), soit environ 52 km/h de moyenne. Nous nous changeons et voyant le bus du retour arrivé, nous nous dépêchons pour mettre les vélos dans la soute, sinon ils se retrouvent dans un camion entassé. Nous montons dans le bus et allons mangé dans un palais a milieu des dunes, 3 plats et un dessert. Des personnes très accueillante encore une fois. Le repas a peine fini. Retour en bus à Laayoune (200km) sous escorte policière bien sûr et où nous logeons dans un superbe hôtel 4 étoiles.

  • Aucun commentaire sur cet article.