ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

[Récit] Nicolas Raybaud nous raconte son Taïwan KOM Challenge

Au soleil levant, au bord de l’océan, nous signons le mur protocolaire avant que la cérémonie d’ouverture débute. Par 26 degrés, je rejoins l’équipe avec qui j’ai passé ces derniers jours. Il est 6h30 quand le départ est donné.

 


© Taiwan KOM Challenge / Paolo Martelli

 

Parmi les 386 coureurs et 36 nations représentées, les élites asiatique et océanique sont en nombre. La Taiwan KOM ressemble plus à course UCI qu’une cyclosportive. Je retrouve des habitués Thomas Lebas, Mark Dowling, John Ebsen, Omar Fraile sur la ligne de départ et fais la connaissance de Guillaume Gaboriaud. La performance est la valeur pour tous.

 


© Taiwan KOM Challenge / Paolo Martelli

 

Il nous faut 35 minutes pour traverser le pont et rejoindre l’entrée des Gorges de Taroko où le chronomètre démarre. L’allure est déjà vive et s’accélère avec une première échappée à l’initiative d’Omar Fraile.

 


© Velo Paper / Daebong Kim

 

Les fuyards repris, nous serpentons à vive allure dans ces vertigineuses Gorges de Taroko. À l’image des Grands Goulets dans le Vercors, il ne faut pas se laisser distraire par la nature. La route est par endroit abîmée par l’érosion des falaises et il y a des ruissellements abondants d’eau. Il faut être attentif.

 


 

Constamment en prise, à faire des intervalles de puissance, le temps et le dénivelé positif s’accumulent vite. Heureusement, les photographes sont là pour saisir ces instants sublimes.

 


© Taiwan KOM Challenge / Paolo Martelli

 

L’intensité augmente au déroulement du challenge. À l’usure, je me délie de l’avant course au km 60. Inexorablement, je vois l’écart qui se creuse.

 


© Biketo

 

À l’avant, la décantation suit son cours. Comme chaque année, au terme d’une courte descente, les hostilités sont décisives. Il reste 15 km. La pente est ensuite telle qu’une fois décramponné, il est improbable de se raccrocher. Thomas Lebas, Oscar Pujol, Hindley Jai, Benjamin Dyball se livreront une bataille intense. 

 


© Taiwan Cycling Federation

 

L’image d’Oscar sous masque à oxygène vaut plus que des mots. Le leader du Tour du Japon, avec le meilleur temps de l’ascension du Mont-Fuji, est bel et bien le roi de la montagne de Taiwan. 

 


© Biketo

 

Tout peut arriver à l’ascension du Mont-Wuling. Restant patient et constant, je rattrape des coureurs jusqu’aux derniers mètres de la ligne d’arrivée. Par moment, un développement à 34 dents aurai été providentiel avec des pourcentages à plus de 30%.

 

Résultats

 

Si le temps réalisé (3h55) est supérieur à l’an dernier (3h45), la satisfaction de l’avoir fait est plus forte pour de multiples raisons. De la chaleur, un niveau relevé, je m’offre à ma surprise la 2ème place dans la catégorie des 30–39 ans. [lire le compte rendu 2015]

 

© Taiwan Kom Challenge / Paolo Martelli


  • Aucun commentaire sur cet article.