ATTENTION, vous êtes en train de parcourir une ancienne version de ce site. La nouvelle version est disponible ici

Cyclosport.com

Prochaines courses

 

Tour de Thailande (2.1)

--> du 01/04 au 06/04

 

Tour du Pays Basque (WT)

--> du 03/04 au 09/04

 

Circuit de la Sarthe (2.1)

--> du 04/04 au 07/04

 

Scheldeprijs (1.HC)

--> le 05/04

 

Paris-Roubaix (WT)

--> le 09/04

 

 

Suivez nous

Logo Facebook

Logo twitter

 

Logo CyclosportLogo Rivals Manager

Annonceurs

La Bande : Une campagne de financement participatif pour habiller les jeunes espoirs du cyclisme français !

En ce début d’année, la Team Morning prépare sa nouvelle saison sportive. Freinée dans son élan par manque de moyens financiers, l’équipe cycliste, surnommée « La Bande », fait appel aux amoureux du sport pour continuer l’aventure et s’habiller pour l’hiver : https://www.bulbintown.com/projects/habillez-les-jeunes-espoirs-du-cyclisme-francais

 

Qu’est-ce-que La Bande ?

 

Tout commence il y a tout juste un an, quand Max Massat lance son projet grâce à la société "Morning" (ex. Payname) dirigée par Éric Charpentier. C'est alors le début d'une formidable aventure, avec l’arrivée d’une nouvelle équipe dans le monde du cyclisme, managée par des jeunes (passionnés) pour des jeunes (espoirs). Il fallait oser ! En seulement quelques mois, Max Massat a réussi à développer une structure innovante avec de nouvelles méthodes et surtout un programme pensé pour garder les meilleurs espoirs du département, puis du grand Sud Ouest. L’union fait la force et Max Massat l’a bien compris ! Plutôt que de construire une équipe en solitaire, il décide de créer une entente avec les clubs.

 

Dès la 1ère année, le projet séduit pas moins de 7 clubs (AS Muret cycliste, St GO cyclisme, AS Villemur, Team Martrais, Villeneuve Cycliste, Us Fronton, US Colomiers). Les clubs ne paient que la licence et la mutation des coureurs, le reste est pris en charge par La Bande. Entre 1 et 3 coureurs par club pédaleront en division nationale 3, ce qui représente un effectif de 15 coureurs dont le but étant de former de jeunes espoirs. Ces 15 coureurs qui composent La Bande participent alors aux courses de haut-niveau du calendrier national, avec un accompagnement professionnel et un véritable esprit d’équipe : http://la-bande.strikingly.com/

 

Le financement du partenaire principal de La Bande permet alors de mettre à disposition des coureurs :

  • 2 voitures (Seat Léon) tout équipées (pour véhiculer nos coureurs)

  • 11 vélos de service de la marque "Trek" (pour équiper nos coureurs)

  • 15 casques "Bontrager" (pour protéger nos coureurs)

  • 15 paires de chaussures "Bontrager" (pour aider nos coureurs)

  • 15 packaging complets de la marque "Garuda" : 3 cuissards, 3 maillots, une veste longue, un collant, une thermique, un coupe-vent, une combinaison, une paire de jambière et manchette, gants courts et gants longs et des chaussettes (pour habiller nos coureurs)

  • 2 salariés : un mécanicien et un directeur sportif (pour encadrer nos coureurs)

 

La Bande dispose d’un accompagnement de qualité, entourée d’un manageur, de deux directeurs sportifs (dont un titulaire), d’un mécanicien, d’un nutritionniste, de quatre assistants, d’un kinésithérapeute et d’un médecin.

 

« La Bande est arrivée à point pour les espoirs du sud-ouest, après la disparition de l'Entente Sud Gascogne. Le projet doit continuer pour la formation solide des clubs de cette entente, les très bons résultats dans les écoles de vélo, la jeunesse rayonnante des cadets et juniors qui arrive ! Il y a encore beaucoup à faire, la marge de progression est énorme et les possibilités de ce projet sont illimitées. » Max Massat, manager de La Bande

 

Une équipe remarquée dès la 1ère saison…

 

pour ses résultats

 

Très soudée, La Bande a parcouru 40 000 km en voiture sur les routes de France, sans compter tous les kilomètres parcourus en vélo par chaque coureur (environ 20 000 km/an), de quoi faire briller les couleurs de ses partenaires. En 2016, l'équipe termine 15ème sur 34 équipes de la Coupe de France DN3. Belle performance des jeunes coureurs de La Bande, alors inexpérimentés dans ce domaine. Au final c'est 4 podiums et 1 victoire de Toshiki Omote, seul étranger de l'équipe (japonais) et qui vient de signer son premier contrat professionnel suite à la saison passée avec La Bande.

 

pour son engagement et son dynamisme

 

La Bande c’est un état d’esprit : le meilleur niveau, avec les meilleures conditions et dans la meilleure entente possible. Et si les équipes professionnelles attachent beaucoup d’importance à leur image en mettant de gros moyens en communication, La Bande, elle, a su créer sa propre identité et un engouement certain autour du projet et de l’équipe, sans budget spécifique. La Bande partage ses courses, ses victoires, ses échecs, ses moments de détente à travers différents réseaux sociaux et parfois même en direct live d’une course (Les 24h Vélo Le Mans sur Snapchat par ex.). Encore une belle visibilité pour les partenaires qui s’impliquent et qui vivent le projet au côté de ce collectif atypique. Portée par une communauté de passionnés, La Bande s’est fait remarquée de nombreuses fois pour ses publications décalées, drôles, toujours authentiques et remplies d’émotions. Ce sont d’ailleurs les supporters et les sympathisants de La Bande qui ont lancé l’idée d’une campagne de financement participatif car certains souhaitent donner un coup de pouce pour que l’aventure continue.

 

Pourquoi une campagne de crowdfunding ?

 

Après avoir durement préparé l'intersaison, La Bande se retrouve aujourd’hui en danger et a besoin de fonds rapidement pour démarrer la saison. Le sponsor principal de l’équipe (Morning) rencontre des difficultés et le budget prévu pour la saison 2017 n’est donc plus assuré. Pris par le temps, Max Massat et sa bande, ont essayé de trouver des solutions. Trois potentiels partenaires ont émis la volonté de sponsoriser l'équipe dans le cas où notre partenaire principal ne pourrait pas assurer le financement cependant, ils portent leurs intentions pour la saison 2018. Une belle preuve d’intérêt mais insuffisante à court terme pour réaliser la saison 2017.

 

Pour cette raison :

 

  • La Bande lance un appel aux dons auprès du grand public, sur la plateforme Bulb In Town,

  • La Bande reste à l’écoute de nouveaux sponsors qui sont invités à se manifester auprès de son manager, Max Massat, à l’adresse email Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

 

« La Bande met toute son énergie pour amener ce projet vers de nouveaux sommets ! Même dans la difficulté, les coureurs restent solidaires, ils veulent continuer, faire évoluer le projet ensemble et je peux vous dire qu'ils sont extrêmement motivés quand je vois les sacrifices déjà effectués pendant la préparation hivernale. Nous comptons sur notre communauté et les passionnés de sport pour nous soutenir et nous permettre de réaliser nos objectifs. Chaque soutien compte. L’immense reconnaissance envers ces soutiens nous donnera des ailes pour la saison 2017. » Max Massat, manager de La Bande

 

 

 

SiteFacebook - Twitter - Instagram

Transferts : Sébastien Turgot en DN3

Le club de l'US Saint-Herblain nous a confirmé aujourd'hui dans la soirée, que Sébastien Turgot ferait bien parti de l'effectif de DN3 en 2017. Non renouvelé par la formation Ag2r-La Mondiale, le français de 32ans, 2ème de Paris-Roubaix en 2011, évoluera donc l'an prochain dans les rangs amateurs.

Team Payname : Petites questions à...Hervéou et Drouault

Petites questions à... Dragan Hervéou

 

- Quelles sont tes qualités/défauts sur mais aussi en dehors du vélo?


Qualités :
Sur le vélo je ne lâche pas l'affaire, je me fixe souvent des objectifs lorsque je suis en difficulté ou lorsque je me trouve dans un moment difficile en course.
À côté du vélo, je suis étudiant. Les sacrifices et les exigences de ce sport font que je dois être organisé et maximiser les temps libres qui sont à ma disposition pour m'entraîner.

Mes défauts :
Sur le vélo comme dans la vie, je suis un peu paresseux dans le sens où je me dis que j'ai toujours le temps. Ce défaut ne joue pas en ma faveur lorsque le temps manque en fin de course ou dans mon organisation dans la vie courante. Cependant, j'adore courir ou bien travailler sous pression, par conséquent, cette paresse me permet de me surpasser et de fournir des efforts dans mes études ou sur le vélo que je n'aurais pu fournir sans celle-ci.

 

- Une idole dans le cyclisme, ou un coureur qui t'inspire?


Je n'ai jamais eu de réel idole dans le sport. Quand j'étais plus jeune je suivais beaucoup Lance Armstrong malgré les rumeurs de dopage. Aujourd'hui, j'aime bien l'image que propage Peter Sagan du vélo, dans le sens où il ne se prend pas la tête, il est fun. Cependant il sait rester professionnel dans ce qu'il fait. C'est vraiment l'état d'esprit dans lequel j'aime évoluer dans le vélo et que je retrouve aujourd'hui dans cette nouvelle équipe Payname.

Lire la suite : Team Payname : Petites questions à...Hervéou et Drouault

Team Payname : cap sur l'avenir avec Morning

Nos partenaires du site Au Bon dossard ont rencontré un manager bien connu des lecteurs de Velo-Club. Le début de l'entretien réalisé avec Max Massat (Team Morning) est à retrouver ci-dessous, et la suite, bien entendu, sur notre site partenaire.

 

 

À l'heure où même certaines équipes professionnelles ne peuvent poursuivre leur activité, nous sommes allés à la rencontre d'une structure à l'accent du Sud-Ouest qui termine sa première saison en DN3, et qui vise des sommets à l'avenir. Un menu complet, composé avec Max Massat, fondateur de l'équipe, à déguster pour tout savoir sur une équipe qui ne manque pas d'ambition.

 

Team Payname : cap sur l'avenir avec Morning

 

Bonjour Max, les maillots bleu ciel du Team Payname ont été aperçus tout au long de la saison dans les pelotons. Comment l'équipe a-t-elle été fondée ?

 

Bonjour et déjà merci de ravitailler le cyclisme via votre passion, j'aime le concept de menu !

Pour faire court, la naissance de cette nouvelle équipe est une idée que j'avais dans la tête depuis un petit moment, une ambition commune avec Eric Charpentier (fondateur de Morning), depuis que j'ai mis un coup de pédale dans le monde du cyclisme. J'ai rarement été maillot jaune, mais j'aime construire un groupe, une équipe, mener vers les sommets. Nous avons donc pris le temps de construire ce projet, de le préparer, et l'accélération s'est faite après notre victoire sur les 24 heures du Mans vélo en 2014 (c'était la vraie naissance d'une histoire avec une start-up).

Nous avons donc tout naturellement sponsorisé le Sablé Sarthe Cyclisme (DN2) l'année suivante (2015). J'étais dans cette équipe, et il y avait un vrai groupe, une vraie ambiance. J'ai donc proposé d'apporter une somme et de gérer ce budget moi-même pour être sûr que cela soit utilisé pour les coureurs, pour l'équipe. Le bureau a évidemment accepté, je me suis donc occupé avec l'aide des gars de la partie équipement (maillot, sportwear), du ravitaillement avec un contact à moi qui me suit depuis le début (valnutrisportshop). Ensuite, chacun a apporté son aide comme il pouvait. Je pense notamment à Antoine Besson qui nous avait créé une superbe série « Allez P'tits Bleus » tout au long de la saison en partenariat avec LMTV (la télé local du Mans).

Bref c'était sympa, mais le bureau avait du mal à suivre, car les résultats n'étaient pas trop là. On s'est sauvé de justesse en Coupe de France, mais on avait passé une bonne année et le club avait retrouvé une belle image.

Je voulais donc faire encore plus, mais je ne voulais pas perturber ce club qui m'avait accueilli à bras ouverts. J'ai proposé mes idées, mes ambitions, mais je ne voulais pas imposer, et surtout avec ma vie professionnelle dans le Sud, c'était dur à gérer, à distance.

Alors après discussion avec Eric, on a décidé de se lancer, j'ai donc mis une croix sur ma carrière ou du moins en stand by, pour lancer enfin notre propre équipe. J'estimais avoir assez d'expérience et surtout de motivation pour lancer ça à 26 ans. C'était un risque, mais c'était aussi à l'image de la boite ; Payname était une start up jeune et ambitieuse avec juste deux ans d'existence, qui prend beaucoup de risques, et il le faut pour faire changer les choses.

 

Au niveau de la structure ?

 

La suite à retrouver en suivant ce lien : http://bit.ly/2dH8Pe3

Team Payname : Petites questions à... Bonnemayre et Pillon

On continue notre présentation des coureurs de la Team Payname, avec aujourd'hui Sébastien Pillon et Bastien Bonnemayre. Ce dernier a par ailleurs souhaité profiter de la publication de ses réponses aux "petites questions aux coureurs Payname" pour rendre hommage à un ami d'enfance, Julien BELLOC, décédé il y a quelques jours en exerçant sa passion. La rédaction de velo-club.net s'associe à lui pour présenter ses condoléances à la famille et aux proches de Julien.

 

 

- Quelles sont tes qualités/défauts sur mais aussi en dehors du vélo ?Bastien Bonnemayre
Le vélo est pour moi un sport d'équipe et j'ai l'esprit collectif, autant sur le vélo qu'en dehors. Mes qualités et défauts : je suis volontaire et déterminé.
- Une idole dans le cyclisme, ou un coureur qui t'inspire ?
Luca Paolini pour son coup de force sur Gent Wevelgem l'an dernier (2015).
- Quel est ton meilleur souvenir sur le vélo ?
Troisième étape du Sportbreizh 2015, lors du passage dans un mur à 20 %, il y avait une ambiance de folie !
- Et le pire ?
Épreuve de la pédale d'or : j'explose au bout de 10 kilomètres de course, dans la première bosse et il reste encore 100 kilomètres derrière...
- Pourquoi la Team Payname ?
C'est une expérience à vivre et c'est le début de l'histoire ; en écrire les première pages est une chance.
- Quels sont tes objectifs cette année ?
Essayer de créer la surprise sur une Coupe de France, on s'entraîne pour !


Le mot de Max Massat :

Bastien est volontaire, il n'est pas jeune pour le vélo mais il n'est pas vieux non plus, il n'a pas beaucoup d'expérience en 1ère catégorie mais un peu quand même. Ce n'est pas un grand sprinteur... mais il peut sprinter ! Voilà un peu, pour moi, le profil de Bastien, c'est intéressant car il ne rechigne pas à la tâche et il est conscient de la chance qu'il a. Il sait qui n'est pas le plus fort mais il sait aussi qui peut faire du bon boulot, il doit encore apprendre et faire le métier, car il y a moyen de débloquer quelques chevaux encore sous le moteur. (sourire)



- Quelles sont tes qualités/défauts sur mais aussi en dehors du vélo ?Sebastien Pillon
Mes qualités sont d'être toujours respectueux vis-à-vis des autres, toujours de bonne humeur et toujours le sourire
Mes défauts sont d'être toujours en retard au rendez-vous... "le quart d'heure toulousain"
- Une idole dans le cyclisme, ou un coureur qui t'inspire ?
Mon idole n'est plus de ce monde : Franck Vandenbroucke, la classe à l'état pur sur un vélo et une volonté de gagner extraordinaire !

- Quel est ton meilleur souvenir sur le vélo ?
Mon meilleur souvenir sur le vélo est d'avoir gagné le Tour du Valromey en Junior avec en plus, le maillot à pois (meilleur grimpeur) et le maillot vert (meilleur sprinteur).

- Et le pire ?
Le pire moment de ma carrière, ça a été d'avoir perdu le maillot jaune au Tour de Haute Provence en 2014.

- Pourquoi la Team Payname?
Car je connais bien Max Massat, c'est un de mes grands amis de tous les jours et qui n'est pas prise de tête comme dans les grandes équipes de Division Nationale 1 voir même Division Nationale 2.
Et surtout la bonne ambiance qu'il y a entre nous les coureurs (sourire).
- Quels sont tes objectifs cette année ?
Mes objectifs pour cette année 2016 sont, en première partie, des cyclosportives en montagne, comme l'Ariégeoise ou la Marmotte Pyrénéenne, et côté DN3, de marquer un maximum de points sur les manche de Coupe de France.


Le mot de Max Massat :

 

Pillou, ah Pillou, le phénomène de chez nous (sourire)
Dès que je suis arrivé dans le vélo, j'en ai entendu parler, d'abord par le biais d'un ami, et ensuite on a commencé à faire des bornes et encore des bornes ensemble. Il y a eu le Pilloumètres, le Pilloumixinthenight, le Pillouàlamontagne qui m'amène faire un stage commando du genre (tri-quotidien avec pompes en haut des côtes -rires-).
Pillou, c'est l'expérience en années de Vélo, la génération Kadri, Sicard, Bonnin et Belou (ndlr Julien Loubet) juste avant. Il a tout fait mais il a toujours 20 ans dans sa tête et en course comme à l'entraînement. C'est vraiment top de voir la passion qu'il a au quotidien pour le vélo et toujours la positivité qu'il amène, c'est simple, il déconne tout le temps. Mais il sait aussi être très fort les jours où il est en forme, et là attention, star wars !
C'est le numéro 1 des cyclosportives chez nous, mais j'aimerais aussi qu'il fasse de belles places et victoires sur des grosses courses de notre calendrier, il déjà bien commencé à montrer le bout de son nez, ça ne devrait plus tarder (sourire)
Il aimerait refaire la Ronde de l'Isard, une dérogation c'est possible ? (rires)

 

"Sébastien Pillon, dit "Pillou", commence à se montrer de plus en plus à l'avant des courses et des échappés, et les cols ne sont pas encore là. Ça va piquer dans les prochains mois!"