[Amateurs] Petites questions à...Adrien Guillonnet

Catégorie : DN1
Publié le jeudi 22 décembre 2016 00:38
Écrit par Charles Marsault

Après le succès des "Petites Questions" aux coureurs du Team Payname l'an passé, nous avons décidé de les élargir à tous les coureurs qui évoluent en Division Nationale. Vous retrouverez donc, en fil rouge, et ce toute au long de l'année 2017, ces questions, qui vous permettront de mieux connaître les acteurs du milieu amateurs français. A commencer par Adrien Guillonnet, qui a eu la gentillesse d'accepter de répondre à nos questions.

 

 

- Quelles sont tes qualités/défauts sur mais aussi en dehors du vélo ?


J'ai tendance à vouloir faire et m'intéresser à trop de choses au quotidien / à en faire parfois un peu trop en course. Ainsi que trop indécis par moment (ce qui est illustré ci-dessous). Je préfère également être un peu plus prudent quand je juge que c'est trop dangereux, quitte à devoir faire des efforts supplémentaires. D'autre part, je suis plutôt régulier toute l'année

 

- Une idole dans le cyclisme, ou du moins un coureur qui t'inspire ?


Plus jeune, Lance Armstrong. Mais depuis j'ai appris qu'il vaut mieux ne s'extasier devant personne, quelle que soit la génération et la nationalité. D'ailleurs l'acharnement sur lui prêterait presque plus à la compassion qu'à l'antipathie, vu l'hypocrisie de la situation passée, actuelle et très probablement future.
Ces considérations mises à part, j'apprécie bien un coureur comme Thomas De Gendt, qui, quand il n'est pas dernier du peloton ou n'accumule pas les kilomètres à emmener des échappées quelques fois avec succès, fait pendant des heures le tempo en tête de peloton.

 

- Quel est ton meilleur souvenir sur le vélo ?


Je ne sais pas, il y a tellement de bons souvenirs. Parmi lesquels :


-Le Tour du Lot-et-Garonne 2014 où on s'est aperçu que notre équipe de Toucy pouvait jouer les tous premiers rôles en Coupe de France (Jérémy Maison 1er, moi 3ème et Benoit Drujon 6ème).
le Tour de Côte d'Or un peu plus tard où Jérémy Maison remporte le premier classement général de l'équipe.
-Le Tour de la Manche où sur la première étape on fait un raid de 100km paraissant insensé avec Benjamin Pascual et deux autres coureurs dans le vent et la pluie. Au bout, la victoire d'étape de Benjamin, puis les 3ème et 4ème du général.
-Le Grand Prix d'Ancelle, sur lequel on s'était déplacé pour les deux courses du Champsaur avec Jérémy Maison et Antoine Bravard un peu dans l'ambiance de petites vacances, où je l'emporte en ne m'y attendant pas vraiment.

-Le retour au Tour du Lot-et-Garonne 2015 où je conserve le titre dans l'équipe.
-Le retour au Tour de la Manche avec la victoire finale de Jérémy Cabot.


Enfin cette année, le Tour du Piémont Pyrénéen où toute l'équipe de Dijon a été performante sur les 3 jours, défendant aussi ma première place lors de la dernière étape, alors que la veille je ne m'attendais pas du tout à récupérer le maillot de leader mais plutôt à faire en sorte qu'un Jérémy (Defaye ou Cabot) le garde.
Je pourrais en rajouter encore d'autres, notamment les autres moments d'entraide plus ou moins fructueux avec Jérémy Cabot, mais ça commence à faire déjà beaucoup trop de souvenirs !


- Et le pire ?


Pour l'instant je n'ai pas de pire souvenir. Et même dans certains des moins bons, on peut finalement en trouver des bons. Comme au Tour de Côte d'Or 2015 où avec une quinzaine de coureurs nous avions plié la course au bout de 5km sur la première étape, en prenant jusqu'à 5' d'avance. Sauf qu'à ce moment deux crevaisons m'ont contraint à être repris par le peloton. Puis avec un gros coup de moins bien, à le traverser, être lâché, et finir quasi dernier et seul dans la pampa les 60 derniers kilomètres. Mais cela m'a permis de passer les deux journées suivantes échappé, et prendre ainsi deux top 5 d'étapes.


- Pourquoi le SCO Dijon ?


C'est un club bien structuré avec un calendrier qui propose de nombreuses courses au relief qui me convient plutôt bien, permettant aussi de varier un peu les régions et donc les adversaires (beaucoup de courses en Rhône-Alpes et Bourgogne, mais aussi les Tours de la Manche et du Piémont Pyrénéen par exemple). Géographiquement, c'est un club situé plutôt à mi-chemin entre mon lieu de résidence l'Essonne et le lieu de mes études Lyon. D'ailleurs c'est un des aspects voulus par le manager Denis Repérant, nous permettre de concilier au mieux études et cyclisme.


- Quels sont tes objectifs cette année ?


Aucun en particulier, si ce n'est la banalité de faire le mieux possible, d'essayer de progresser encore un peu, et puis bien sûr de réussir l'année scolaire. Jusqu'à présent je ne fonctionne pas trop à l'objectif. Avec un calendrier bien rempli de février à octobre, beaucoup de courses sont intéressantes sur le papier, difficile d'en dégager quelques unes. Je préfère venir sur les courses plus ou moins de la même manière et de voir pendant si le déroulement m'est favorable ou non.

  • Aucun commentaire sur cet article.